CHRU de LILLE: La crise !

Quatre agents hospitaliers travaillant au CHRU de Lille se sont donnés la mort depuis le 1er janvier 2012. Personne ne connaît l’exactitude des faits.  Notre secrétaire du syndicat FO du CHRU de Lille est en colère ce vendredi 20 janvier. « Ils veulent m’interdire d’aller parler au CHSCT. Gamila Mestaoui dénonce le déni total et plus grave l’obstruction. Elle nous explique que la Direction du CHU a interdit aux agents de communiquer avec les syndicats sur ces suicides ! Hôpital silence ! « Il y a beaucoup de suicides au CHRU de Lille mais personne n’en parle. Tout est bien caché au CHR. Les équipes sont mises sous pression par une charge de travail croissante et une rigueur budgétaire étouffante. Beaucoup d’agents sont sous antidépresseurs. Le vase est plein et, parfois, il y a la goutte de trop. »

La Direction du CHRU de Lille refusait d’admettre qu’il y avait une relation entre les 4 suicides d’agents en 15 jours et les conditions de travail. C’est possible ! Seules des enquêtes sérieuses peuvent en attester. Encore faut-il qu’elles puissent être réalisées par des experts indépendants. Pour l’instant le DRH parle d’amalgame ! Comme d’habitude en pareilles circonstances et pour les « responsables », ce sont d’abord des fragilités de personnes avant d’être des problèmes liés au travail. Tous les jours les agents sont appelés à leur domicile quelques heures avant pour venir travailler. Les repos ne sont plus garantis. Les personnels doivent se rendre disponibles 24h sur 24h. Il n’y a aucune marge ! Il est instauré des « repos rappelables » ici et là et les agents sont consignés chez eux sans pouvoir prétendre à aucune reconnaissance ni rémunération !  Le gouvernement essore l’hôpital !

Ce qu’il y a de certain, c’est que les conditions de travail qui sont imposées aux personnels hospitaliers, partout en France, deviennent insupportables.

Pour vous mettre dans l’ambiance de l’hôpital 2012, lisez la chronique publiée cette semaine sur le blog et qui s’intitule «L’hôpital, le diable et le Roi »:

extrait: « Le service public hospitalier devient progressivement une usine produisant des soins. Les infirmières muent en techniciennes sans âme, les directeurs en exécutant de basses besognes. Nous devons poursuivre une mission de service public alors que nous sommes privés de moyens, de personnel, de matériel et dans des conditions telles que 100 000 agents hospitaliers sont arrêtés tous les jours pour raison de santé. Le travail tue, mais qui s’en préoccupe ? Un suicide ici et là, des dizaines sur un an ! Et après ? »

Selon une dépêche de l’APM on apprend que « le CHU était connu comme un établissement « assez innovant dans la prévention des risques psycho-sociaux », d’où l’idée de l’ARS d’étendre la démarche de l’hôpital en créant un « observatoire régional des risques psycho-sociaux dans les établissements de santé et médico-sociaux ». Foutaise !   Ils ne comprennent rien aux gens qui travaillent et veulent organiser un observatoire des RPS ! Peut-être pour apprécier l’ampleur de leurs dégâts ?

Tout le monde connaît les raisons du malaise à l’hôpital et le ministère poursuit son unique préoccupation : les économies, la réduction du nombre d’emplois, l’organisation du travail en plus de 12 heures par jour, etc. ! On passe son temps à réaliser des enquêtes et lorsque les résultats mettent en cause l’organisation du travail elles finissent toutes au fond d’un tiroir sans qu’aucune mesure ne viennent changer ces conditions.

Voilà ce que produit la volonté de baisser le coût du travail en France !

Toujours selon l’APM,  » La directrice générale de l’offre de soins (DGOS), Annie Podeur, ainsi que Daniel Lenoir sont venus ensemble lundi « manifester [leur] soutien et [leur] sympathie aux équipes et aux proches [des agents] » Foutaise!

Ce même ministère de la santé,  qui, suite à la révision générale des politiques publiques, (RGPP) n’a détaché qu’un seul agent de son ministère pour prendre en charge le dossier des conditions d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail pour plus d’un million d’agents hospitaliers et de médecins ! En 2011, une seule réunion du CHSCT national de la Fonction Publique Hospitalière ! Aucune écoute des représentants des personnels!

La prochaine réunion du CHSCT national est convoquée le 31 janvier à 9h30 au Ministère.

Nous y serons !  Nous dénoncerons une nouvelle fois à Madame Podeur – si elle reste présente plus de 5 minutes, ce qui est rarement le cas – la politique d’austérité irresponsable de ce gouvernement.

Nous lui demanderons si, lorsque l’agent est appelé à son domicile le soir pour le lendemain matin ou,  le matin pour le soir, et après une journée de 12 heures de travail,  s’il s’agit de la vie privée qui s’invite à l’hôpital ?

à suivre

DG

nota: FO demande la création d’un observatoire de suicides en France et participera au colloque organisé au Sénat le 11 février «Face à la crise : solitaire ou solidaires ? » organisé par le Cabinet d’experts technologia et l’association du Pr Michel DEBOUTFrance, prévention suicide.

 autre article sur le sujet: Suicide au travail il faut en parler !

voir revue de presse

6 comments for “CHRU de LILLE: La crise !

  1. Dogue
    31 mai 2016 at 11 h 00 min

    Harcèlement moral provenant de collègue de bureau, quel démarche effectuer auprès du CHR, qui voir dans un premier temps, lorsque le chef de service reste impassible ???? C’est bien de dénoncer des suicides mais sans donner aucune démarche aux gens qui sont dans la souffrance comment voulez vous avancer ????

  2. 8 février 2012 at 22 h 36 min

    je suis ash dans un service de longs séjours sur nantes, à la fin de ma journée je suis cassée, fatiguée, plus envie de rien que de dormir pour pourtant recommencer le lendemain, il faudrait deux ash car les patients que nous recevons en général en fin de vie ou avec un défficient mental important nous ponctionnent toute notre énergie, on devrait être heureux de finir notre journée afin de passer à autre chose mais non, hs, le pire c’est que je rêve de mon travail lorsque je dors, j’ai l’impression, alors d’y être 24heures sur 24

  3. RB
    2 février 2012 at 1 h 50 min

    Ce sont pratiquement des suicides par préméditation de l employeur. Comment ne pas passer à l acte Lorsqu on vous impose des conditions de travail de plus en plus dégradées, ou vous n êtes plus qu un pion sur l échiquier. Aujourd’hui 17 aides soignantes viennent d apprendre qu elles sont tout bonnement virées de leur service à cause de restructuration hospitalière. L annonce à été brutale comme jamais. Toutes ont été réunies dans une salle de conférence. Face à elles, leurs bourreaux ( cadres, directrice des soins). Ça ressemblait à l attribution des cesars. Les nominés sont !! Peu de gagnantes, beaucoup de perdantes. Devant toute l assemblée, on annonçait les heureuses gagnantes, celles pouvant rester dans leur service.
    Les visages se décomposent, certaines craquent, ne comprenant pas ce qui vient de se passer…et oui, pourtant, pour certaines, cela fait 15 ans qu elles y travaillent, d autres ont la double compétence AS-AP. Mais rien n y fait..le couperet tombe…vous n êtes pas retenues. Vous irez sur un pool.
    Pourtant pendant des années, on leur a parlé de projet professionnel, d investissement en tout genre..
    Mais les bourreaux parlent désormais de raisons budgétaires, de restructurations mais plus de souhait personnel
    Le regard hagard, les jambes tremblantes, elles repartent chez elle désemparées. Nous avons peur pour certaines d un acte irréversible.
    Et oui, les suicides à l hôpital sont des crimes prémédités par nos gouvernants.. Et l impératif économique a pris le pas sur le reste. et tout ceci dans le plus grand déni des pouvoirs publics.

  4. 27 janvier 2012 at 23 h 34 min

    Bonsoir je suis entiérement d’accord avec URG12, il est plus que temps d’être dans la rue pour foutre le bordel COMBIEN DE SUICIDE encore dans les hôpitaux (dans mon hôpital 3 suicides en 2 ans, bien sur pas sur le lieu de travail alors il n’y aura jamais de lien de causalité avec le travail )pour que la fédération donne le top départ les personnels attendent cela depuis maintenant trop trop longtemps bonne soirée à toutes et tous

  5. GUILLET KLAIR
    25 janvier 2012 at 16 h 02 min

    les hopitaux sont de plus en plus en souffrance,se ne sont plus simplement les malades mais aussi énormément d’agents hospitalier.
    vive la rgpp et la loi hpst. Combien de suicides faudra t’il encore avant qu’on sortent foutre le bordel avec un grand B .la grève générale, et ras le bol des manifestations à répétition .

  6. Urg12
    24 janvier 2012 at 22 h 24 min

    Désolant… Déprimant… Révoltant…
    Il faudrait déposer une plainte contre l’État pour harcèlement moral et mise en danger de la vie d’autrui !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *