« La folie évaluation » fabrique de servitude !

Le titre est celui d’un ouvrage collectif qui illustre « les nouvelles fabriques de la servitude »
Le contenu de cet article est donc  directement inspiré de cet excellent ouvrage qui complète celui de Christophe Dejours, «L’évaluation professionnelle à l’épreuve du réel » .

Des lectures à l’adresse de tous les cadres et décideurs pour valider la qualité de travail et  pour ne plus mesurer le degré de servitude des travailleurs.

L’évaluation est chronophage :

L’évaluation détourne à son profit un temps considérable qui ne peut être consacré au travail. Un chef de service de secteur psychiatrique relate qu’une simple auto-évaluation, administrativement incontournable, a mobilisé le quart du personnel pendant 16 heures à raison de 8 réunions de 2 heures afin de remplir une grille référentielle préétablie de surcroit non adapté à la psychiatrie.

L’évaluation est très couteuse :

Ainsi, dans le système le plus évalué du monde, les Etats-Unis, les dépenses administratives d’évaluation absorbent près du tiers (31%) des dépenses de santé. Si l’on transpose le résultat de ces études – effectuées en 2003 par la Harvard Medical School – à la France, on pourrait imaginer que 300 000 emplois hospitaliers seraient détournés de leur activité principale pour participer à toute sorte d’évaluation. Nous ne sommes pas aux Etats-Unis même si la folie de l’évaluation touche tous les secteurs d’activité et tend à se développer.

Professionnelle ou accréditante, elle est contestable :

Les plus connues à l’hôpital sont, la démarche d’accréditation menée par la Haute Autorité de Santé et l’évaluation professionnelle du million de ses agents et médecins menée par toutes LES hiérarchies.
L’une et l’autre présentent des aspects contestables.
Lorsque la haute autorité de santé (HAS) découvre par notre fait les conditions de travail des personnels hospitaliers, elle ne peut que douter de la pertinence de l’accréditation dans un tel contexte de misère sociale. Une fois la visite d’accréditation passée, le quotidien reprend sa place.
Par contre, le fait d’instaurer le respect de bonnes pratiques faisant l’objet d’un consensus scientifique ne peut être contesté en matière de santé. Encore faut-il que la volonté de qualité chasse la recherche permanente de responsabilité, voire de culpabilité.

Concernant l’évaluation professionnelle appréciée par le fameux entretien individuel imposé par le précédent gouvernement, elle est tout aussi chronophage et aléatoire.
Un million d’agents pendant une heure avec au minimum un cadre cela représente 2 millions d’heures qui ne sont plus consacrées au travail. Si l’on ajoute à cela le temps passé à la rédaction, l’impression, la communication, la contestation, ….ce chiffre peut largement être doublé.

L’évaluation professionnelle est par essence ségrégative. Elle produit des classements d’individus, elle désigne les meilleurs et stigmatise implicitement les autres. Elle instaure une compétition permanente entre les institutions, les équipes et les professionnels. Elle porte atteinte au lien social. Rien de mieux que l’évaluation pour miner la conscience syndicale, affirment ces médecins, professeurs d’université.

Pour quel bénéfice ?

  • L’accréditation permet-elle de mieux soigner les gens ?
  • L’évaluation professionnelle permet-elle l’amélioration de la qualité du travail ?
  • Mais est-ce bien l’objectif poursuivi ?

L’évaluation en fait, génère un idéal inaccessible. Le moindre coût pour l’efficacité maximale. Même le bénévolat expert ne peut complètement la satisfaire.

« L’évaluation telle qu’elle se pratique aujourd’hui, consacre cette révolution conservatrice qui, comme Pierre Bourdieu n’a cessé de le dire, se réclame de la raison, de la science, de la gestion du pragmatisme pour justifier le démantèlement des services publics, le massacre de l’Etat social, la liquidation des acquis, la destitution des métiers, de l’amour du travail bien fait. »

C’est au moment ou toutes les dépenses inutiles sont traquées de partout, que des emplois sont supprimés, non pour répondre à une réduction d’activité mais pour communier avec la religion de réduction des dépenses, que l’évaluation bat son plein.

Ce ne serait pas grave si cet engouement pour la recherche d’un apparent meilleur, permettait d’améliorer les pratiques et d’optimiser les résultats. Mais nous n’en sommes pas là, loin s’en faut.

.

DG

.

télécharger cet article au format PDF

.

1 comment for “« La folie évaluation » fabrique de servitude !

  1. P.M.
    16 juin 2012 at 17 h 52 min

    Voici, de nouveau, un article frappé au coin du bon sens. En terme de chronophagie cela me rappelle mes collègues infirmières qui passent plus de temps à taper sur leur ordinateur pour prouver qu’elles ont bien donné un médicament plutôt qu’auprès du patient. Imaginez le temps qu’il faut avec 70 résidents en gériatrie ( où les medicaments donnés sont nombreux)à taper sur un clavier…L’infirmière dans le couloir avec son ordinateur et le résident, seul dans lit, dans sa chambre. Où est la qualité du soin? Alors oui il y a une preuve « écrite » que le traitement a bien été donné comme si c’était cela le plus important, comme si les infirmières avaient l’ habitude de ne pas donner les traitements prescrits…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *