12 heures de travail : un an après, 3 Infirmières témoignent !

14 novembre 2012
Par

Depuis quelques mois les premiers retours d’expériences du travail en amplitude de 12 heures quotidiennes ne semblent pas satisfaire les professionnels. Le blog FO-santé a posé 5 questions à 3 infirmières qui travaillent ainsi depuis plus d’un an. Leurs réponses pourront éclairées ceux qui voient dans cette forme d’organisation une solution aux maux actuels du temps de travail à l’hôpital.

 

Elles sont 3 Infirmières diplômées d’état; Annie à 59 ans, Fanny 30 ans et Elodie 25 ans.

 

Il y a un plus d’un an vous étiez favorable à une organisation de la journée du travail en 12 heures. Pouvez-vous expliquer aux lecteurs du blog ce qui motivait cette demande ? 

Annie : au départ je n’étais ni pour ni contre le travail en 12 h, on nous a proposé de faire un essai de 6 mois, mais ensuite ce cycle nous a été imposé par la direction des soins

Fanny : Nous n’avons pas eu le choix, je n’étais ni pour ni contre mais le temps a démontré que c’était un leurre l’on nous avait dit que nous travaillerions 36 h par semaine avec 4 repos mais dans la réalité ce n’est pas le cas, on travaille régulièrement 48h par semaine, les repos ne sont pas respectés

Elodie : j’étais favorable à la mise en place des 12 h pour mon organisation personnelle et avoir du temps libre, hors ce n’est pas le cas !

 

Certains disent que ce mode d’organisation favorise la vie familiale. Pouvez-vous après plus d’un an de recul dire ce que vous en pensez ? 

Annie : Je suis tellement fatiguée qu’il m’est impossible de prévoir, je pense juste à me reposer, je deviens irritable et ma vie familiale s’en ressent

Fanny : Cela aurait pu être bien si le cycle de travail et les repos étaient respectés mais l’on est sans cesse rappelées, et meme parfois on fait 60 h par semaine faute d’effectif suffisant ; cerise sur le gâteau maintenant la direction nous impose l’alternance jour nuit faute de recrutement d’IDE la nuit, je suis épuisée.

Elodie : il m’est impossible d’organiser mon temps libre car les plannings sont modifiés en permanence, bien que célibataire j’ai beaucoup de mal à organiser ma vie privée et prévoir des choses.

 

D’autres pensent que les jours de repos supplémentaires compensent la fatigue de la journée en 12 heures. Qu’en pensez-vous ?

Annie : faux nous sommes épuisées et nos repos supplémentaires ne sont pas donnés, j’ai plus de 200 h à récupérer

Fanny : faux, on accumule la fatigue, elle est de plus en plus grande je n’arrive pas à récupérer, je dors mal, et j’essaie au maximum de rester professionnelle mais jusqu’à quand ?

Elodie : je n’arrive pas à récupérer mes repos supplémentaires, la fatigue commence à peser et maintenant il y a l’alternance jour nuit ce qui n’arrange pas les choses si cela continue je serais en maladie

 

Le fait d’être présent moins souvent à l’hôpital n’a t-il pas d’incidence sur la qualité des soins, l’esprit d’équipe ou bien encore sur le contact avec le malade ? 

Annie : il y a une incidence sur l’esprit d’équipe. Parfois je suis 3 mois sans voir mes collègues du service. La qualité des soins ? oui ! heureusement pour le patient. On fait tout pour la qualité des soins et pour le patient,  mais à quel prix ? jusqu’à ce que nous soyons malades ?

Fanny : oui pour la continuité des soins, non pour l’esprit d’équipe. Avant on travaillait en binôme et actuellement nous sommes seules et cela nous éloigne des A/S.

Elodie : faux puisque nous avons des plannings établis sur 48h voir plus

 

Après plus d’un an que dites-vous à ceux qui souhaitent travailler en 12 heures par jour ? 

Annie : elles ont torts d’accepter les 12 h c’est très dur et inhumain, on va y laisser notre santé.

Fanny : si les 35 h étaient respectées cela pourrait aller mais ce n’est pas le cas! Jusqu’ où iront-ils ?

Elodie : ce n’est pas à conseiller, car invivable, fatigue générale, épuisement et au bout la dépression nous attend peut-être même le pire.

 .

Propos receuillis par le blog FO-santé dans la semaine du 5 au 9 novembre 2012.

..LIRE EN COMPLEMENT:

une excellente analyse équilibrée d’une enseignante chercheur en ergonomie de l’université de Toulouse http://fo-sante.org/2013/02/les-2x12h-une-solution-au-conflit-de-temporalites-du-travail-poste/ un entretien avec une universitaire chercheur qui travaille depuis de nombreuses années sur le travail posté  2x12h

 

 

Les autres articles sur les 12 heures:

 

Télécharger cet article au format PDF

en complément les dessins de Gécé.

en complément utile:

 

l’article sur le temps de travail à l’hôpital.

 

 

Tags:



11 Responses to 12 heures de travail : un an après, 3 Infirmières témoignent !

  1. jl.esteve@sfr.fr on 19 décembre 2012 at 18 h 31 min

    certains syndicats hospitaliers FO sont extremmement favorable aux 12 heures,et meme au dépassement horaire jusqu’a 60 heures,et le pronent auprés des agents.
    Moi je comprends difficilement et vais probablement quitter FO du centre hospitaler Ariége-Couserans

    • Denis on 20 décembre 2012 at 11 h 00 min

      Ne pas prendre en compte les risques professionnels, mettre les salariés en danger, n’est pas une solution. Dans de prochains articles à publier dans ce blog en janvier, il sera fermement démontré combien les 12 heures font pendre des risques non seulement aux salariés mais aussi à la qualité et la sécurité des soins. Aussi dans toutes les études connues et publiées à ce jour le manque de vigilance est démontré à partir de la 9ème heure de travail. Si les 12 heures ne peuvent être évitées (?) il convient de les accompagner de mesures de prévention, telle des pauses plus longues, des casses croûtes la nuit, pas plus de 3 jours de travail de suite, etc. Quant à 60 heures par semaine, c’est une mise en danger d’autrui qui peut engager la responsabilité pénale de l’employeur, même si c’est à la demande de quelques salariés qui penseront certainement différemment lorsqu’ils auront atteint l’âge de raison.

      • patrick on 20 décembre 2012 at 11 h 28 min

        avis partagé de jl , comment un syndicat peu valider 12h30 ou 60h par semaine! pourquoi tous les syndicats n’attaquent pas les décisions illégales en TA comme à bordeaux;c’est le problème de nombreux agents qui ne comprenennt plus les réactions de leur représentants,il est temps que les fédérations donnent le mot d’ordre contre ces organisations de travail dangereuses pour les agents et pour le patient in fine!
        quant au mesures d’accompagnement c’est de la littérature en fait les pauses repas le respect du planning c’est du vent rien ne garanti l’agent de bonnes conditions en 12h. les 12heures ne sont pas une fatalité mais le résultat d’un certain laisser faire

    • Denis on 20 décembre 2012 at 11 h 17 min

      votre adresse mail n’est pas la bonne pour vous contacter. Nous écrire à blogsantefo@gmail.com

  2. patrick on 28 novembre 2012 at 12 h 32 min

    Merci pour cet espace d’échange sur le sujet du moment : to be or not to be en 12 heures telle est la question.
    les articles contenues dans ce blog sous les différentes rubriques sont excellents et rappellent les risques de l’organisation en 12h et la pénibilité selon les services et la charge de travail. Les 12 heures sont surement mieux percues dans un service a charge réduite que dans un long séjour en sous effectif. Le décret de 2002 devait uniformiser les organisations et nous assistons au massacre de tous les protocoles mis en place par FO après tant de luttes locales.
    Et cela à à la demande des agents eux mêmes et validés par certains représentants du personnel qui votent des amplitude de 12h30 au lieu d’exiger le droit et ses limites horaires seul garant de nos acquis sociaux et de nos conditions de travail !
    l’annualisation , l’alternance jour nuit ,les semaines de 60 h, les nuits de 12h30, la qualité des soins après 12h30 sans pause, les relations au sein des équipes, les relèves de qualité tout ca c’était avant.
    comme disait notre maitre à penser FO Il reste du grain à moudre pour les années à venir quand la nouvelle référence de la journée de travail hospitalière universelle sera 12h30!

  3. Franck on 21 novembre 2012 at 13 h 42 min

    Dans notre service de réanimation, nous travaillons en 12h depuis le début d’année. Nous avons un roulement fixe et le personnel prévu par la législation. Les choses se passent très bien et un retour en arrière n’est absolument pas envisagé.
    Les problèmes que certains peuvent rencontrer sont en effet lié au fait que la législation n’est pas respectée et que les agents acceptent de revenir ! C’est très bien d’avoir une conscience professionnelle, c’est autre chose que d’accepter n’importe quoi !
    Si une équipe est solidaire avant les 12h, elle peut aussi l’être avec les 12h…
    Je comprends les difficultés de ces personnes, mais il me parait exagéré de mettre sur le dos des 12h tous les malheurs du monde et surtout tous les dysfonctionnements récurrents dans nos hôpitaux.
    Bon courage à tous, et ne vous laissez pas faire : vous avez des droits !!!!

    • Denis on 23 novembre 2012 at 14 h 38 min

      N’oubliez pas de lire en complément:
      •Pour réduire le risque du travail en 12 heures !
      •Quand les scientifiques analysent les 12 heures de travail !
      ainsi que les autres articles qui permettent de mesurer le pour et le contre.

  4. Anglik on 21 novembre 2012 at 6 h 26 min

    Bonjour
    Vous dites que les 12h ce n’est pas une bonne chose mais malheureusement c’est parce que votre planning n’est pas « legal », que les 35h ne sont pas respectées et que vous n’avez pas les repos qu ils vous sont dus.
    Car travaillant moi même en 12h avec un planning normal avec tous mes temps de repos nécessaire je trouve ça super et génial pour ma vie personnelle.
    Je pense que les infirmières n’ont pas toutes étaient recensées car il y a toujours des personnes pour et d’autres contre quel que soit le sujet.
    Bon courage à vous car il est vrai que dans ces conditions moi non plus je ne voudrais pas travailler en 12h

  5. YANN du 66 on 20 novembre 2012 at 13 h 18 min

    Merci denis pour ce blog et pour cet état des lieu realiste ainsi que de la diffusion de l’article des 12H vu par les scientifiques.
    Amities

  6. Naya Ananda on 19 novembre 2012 at 16 h 01 min

    Salut, je suis infirmière dans un service de réanimation polyvalente des Dom-Tom et nous travaillons en 12h depuis un bon nombre d’années déjà!
    Le fait que vous n’ayez pas de cycle fixe et de possibilité d’avoir des repos compensateurs fait que vous avez une mauvaise image des 12h cependant en ayant un cadre (ou roulement) bien fixé et une règlementation appliquée, je trouve que le travail en 12h est le parfait compromis pour allier vie privée et vie professionnelle.
    Dans mon service, sur un mois nous travaillons 2 semaines de jour et 2 semaines de nuit en alternant une petite semaine de 2 jours (mercredi et jeudi) et une grande semaine de 4 ou 5jours en fonction des effectifs (lundi, mardi, vendredi, samedi et dimanche). Ce roulement étant toujours le même, cela nous permet de savoir à l’avance comment nous travaillons et de pouvoir planifier nos vies respectives.
    Après y avoir goûté je ne m’imagine pas travailler en 8h ou 7h.
    Mais je précise à nouveau que pour que le travail en 12h soit efficient et efficace pour tous, il doit y avoir un roulement de mis en place et que les repos compensateurs et autres recup’ soient respectés sinon, comme dans le témoignage du dessus, cela devient invivable et conduit inévitablement à la catastrophe.

    • Denis on 20 novembre 2012 at 8 h 26 min

      Le blog a créé une rubrique spéciale sur les 12 heures: http://fo-sante.org/category/temps-de-travail-a-l-hopital/12-heures-de-travail-quotidien/
      Je vous invite à lire les articles. En dépassant certaines limites ou en ne respectant pas les préconisations formulées par les scientifiques, il existe des risques pour la santé des salariés qui pratiquent ces horaires. Par exemple vous dites travailler en petites semaines de 2 jours et en grandes semaines pouvant aller jusqu’à 5 jours. 5 jours de 12 heures c’est 60 heures pour une semaine! Ceci est interdit par toutes les réglementations, hospitalières, nationales, européennes et internationales. Ce n’est pas interdit pour des raisons fumeuses, mais parce qu’il est démontré partout qu’au delà d’une certaine durée de travail, durée estimée aujourd’hui à 48 heures maximum par semaine, il existe un risque non seulement pour la santé des agents qui la pratique mais aussi pour la qualité du travail qui est effectué. (voir nos articles à ce sujet)
      Lorsqu’un syndicat a connaissance d’un risque pour la santé des salariés qu’il représente, la première de ses missions est de les informer. Ensuite, chacun fait ce qu’il veut ou plutôt ce qu’il peut. Nous ne sommes pas des directeurs de conscience mais seulement soucieux de la qualité des conditions de travail et donc de la qualité du travail qui, à l’hôpital, engage la qualité des soins.



recherche

Les CHSCT « ligth » dans la fonction publique

A la différence des autres CHSCT de la fonction publique, le recours à l'inspection du travail et à l'expertise est de droit dans la Fonction Publique Hospitalière.

Christophe Dejours

L'évaluation individuelle tue les solidarités et le collectif de travail

FO-SANTE A PREVENTICA TOULOUSE

La REVOLUTION MANAGERIALE-Vincent de Gaulejac (17mn)

Les syndicats ont un rôle essentiel !