L’impossible dialogue social !

silenceLettre ouverte des hospitaliers du Cotentin (Cherbourg)

à tous ceux qui veulent relancer  l’impossible dialogue social !

 

 

Le blog FO santé vient de recevoir des agents du Centre Hospitalier de Cherbourg la lettre ci-dessous pour nous informer des difficultés qu’ils rencontrent pour dialoguer.

Ils veulent simplement travailler dans de bonnes conditions et obtenir le respect de leurs droits.  Ce contre exemple de dialogue est à méditer. Comment peut-on apporter le moindre crédit au dialogue social quand il n’y a personne pour écouter, comprendre et agir.

 Lisez, nous nous retrouvons en fin de lecture.

 

Bonjour,

 

Nous vous interpellons pour vous informer de ce que subit notre établissement avec 21 millions d’euros de déficit cumulé. L’ARS a diligenté un audit afin de faire un état des lieux et de proposer des pistes pour un retour à l’équilibre.

Une nouvelle Direction s’est mise en place à la rentrée de septembre 2012. Cette Direction, en s’appuyant sur l’audit, impose un certain nombre de changements qui vont impacter fortement le personnel et les organisations de travail.

Nous sommes conscients que certains changements sont nécessaires afin de redynamiser l’établissement. Mais l’impact se fait uniquement sur les personnels non médicaux et au détriment de la qualité des soins :

  • suppression de la moitié de nos RTT,
  • passage en 12H de plusieurs services en alternance jour/nuit obligatoire avec suppression des RTT,
  • étalement de la période de congés d’été du 1er juin au 30 septembre,
  • diminution des effectifs dans les services.

Ceci va fortement dégrader nos conditions de travail et de vie, altérer la prise en charge des patients et de leurs familles. Comment être dans l’empathie et la pratique de soins de bonne qualité dans notre 11ème heure de travail avec un effectif réduit ? Ces changements sont purement économiques et vont permettre de nombreuses suppressions d’emplois sans tenir compte du travail réel à effectuer, ni du personnel,  ni des usagers.

Ce paradigme technocratique voudrait nous faire croire que tout est codifiable, protocolisable. Les soignants et médecins passent un temps considérable à cocher des cases dans des dossiers. On en vient à considérer que la procédure est plus importante que l’acte réalisé.

 

Notre engagement ne se limite pas à ce que nous sommes formellement tenus de faire : dans quelle case cocher que tel soignant est resté tenir la main d’un mourant ?  Quand prend-on en compte la dimension informelle et invisible de l’empathie.

On nous prône la polyvalence à tout va, cette attitude néglige totalement l’élément majeur qu’est la confiance mutuelle entre membres d’une équipe. Dans un service de soin, le fait que les soignants se connaissent et sachent sur qui et sur quels aspects  des personnes ils peuvent compter, représente un élément important de la qualité des collaborations et des soins. Les nouvelles organisations risquent de mettre à mal cet esprit d’équipe.

L’audit PHME relève beaucoup de désorganisations médicales avec de nombreuses conséquences en particulier financières. Dans le dernier bilan social, nous constatons que 30% des passages aux urgences sont suivis d’hospitalisation alors que la moyenne nationale est de 22%. De plus les mesures ne tiennent absolument pas compte de la spécificité géographique.

Les auditeurs ont refusé d’intégrer les représentants du personnel dans les groupes de travail. Les personnels non médicaux ou non cadres étaient sous représentés, voire absents.  Notre vision du soin n’a-t-elle donc aucun intérêt ?

Tout le monde allait soit disant dans le même sens… Résultat les paramédicaux tournent sur toutes les spécialités, se retrouvent en difficulté, craignent l’erreur, manquent de formation.

La mutualisation des services : ils ont créé une « grande » chirurgie, sans concertation avec les médecins. Résultats : les médecins refusent de travailler avec les IDE qui ne sont pas issues de leur spécialité, les IDE sont doublés 2 jours, puis lâchées seules, sans formation, sur un week-end. Même pas peur !!!

Ils ferment des lits de pneumologie par manque d’effectifs médicaux : résultats les patients relevant de la pneumologie sont éparpillés dans l’hôpital et attendent parfois 48 H avant d’être vus par un médecin.

A Cherbourg, malheureusement, de nombreuses entreprises ont travaillé avec l’amiante. Donc la pneumologie est essentielle pour nos travailleurs amiantés.

Depuis des années, nous dénonçons une problématique au bloc opératoire, l’activité est au plus bas, les nouveaux chirurgiens s’enfuient parfois seulement au bout de 3 semaines, certains médecins en viennent aux mains !!!!!

La Direction ne réagit pas !

On décourage des jeunes médecins en leur interdisant d’exercer certains actes car cela pourrait faire de la concurrence au privé, alors que le but est d’éviter que certains patients soient sortis du circuit soins faute de moyens. Déplorable!

 

Nos arguments lors des négociations sociales sont écoutés mais pas entendus.

Nous nous heurtons à un mur d’incompréhension. Le climat social commence fortement à se dégrader, la tension monte. Il y a rupture du dialogue social. Deux débrayages ont déjà rassemblé plus de 600 agents à chaque fois, malgré cela la Direction garde les mêmes positions.

Quand les organisations syndicales au vu de la grande mobilisation des agents dénoncent des mesures injustes et demandent à la Direction de revenir à de réelles négociations, notre Directeur répond qu’il a manqué de pédagogie, qu’il va réexpliquer aux agents l’intérêt de ces mesures et qu’une fois qu’ils auront compris les agents accepteront !!!!

Mais M. Le Directeur c’est vous qui ne comprenez pas. Les agents ont bien saisi : on leur fait les poches pour combler un déficit dont ils ne sont pas responsables !!!

 

L’absence d’interlocuteurs responsables !

Nous avons alerté les élus locaux, notre ancien député actuellement Ministre du Budget. Nous avons boycotté les instances et adressé un courrier de rupture du dialogue social.

Nous avons saisi les médecins par une déclaration pour les alerter des changements qui vont impacter le personnel. Nous avons rencontré l’ARS qui nous a demandé de retourner à la table des négociations car il faut faire des « économies sur le personnel ».  Honteux !!!!

Un préavis a été déposé pour une grande manifestation avec les usagers le Jeudi 30 mai à 14H30. Cette manifestation a réuni 1 200 personnes dans les rues de Cherbourg: agents, usagers, DCNS, AREVA… Nous avons été reçu en Mairie par M. Houllegatte qui a dénoncé un protocole injuste et dont la variable d’ajustement est encore et toujours le personnel non-médical. Le lendemain, en conseil de surveillance, de nouveau le maire a dénoncé ce protocole et a demandé au Directeur de revoir sa copie. De plus, les élus locaux,  2 députés, un sénateur et le maire de Cherbourg ont interpellé Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la santé.

Ce matin, nous sommes retournés à la table des négociations et nous sommes ressortis avec le sentiment que nous ne sommes toujours pas entendus et que l’on cherche à nous faire taire en lâchant 1 petite mesure et rien sur les 12h, les RTT, les mises en stages….

 

Exemple : en 2012 l’établissement a compté 60 000 heures supplémentaires. Cette année, fin mai nous en sommes déjà à plus de 70 000 heures supplémentaires essentiellement sur le personnel soignant. Elles ne sont ni payées, ni récupérées ! Les directions obligent les agents à ouvrir des Compte Epargne temps qui ne sont pas financés !

 

Quelques services sont en 12 heures sur notre établissement : les agents concernés cumulent les heures supplémentaires et leurs CET sont pleins.

Ils sont rappelés sur les arrêts maladie de leurs collègues. Les temps partiels ne sont pas respectés.

 La Direction veut nous supprimer 7 RTT sous prétexte que notre temps de repas est en partie pris sur le temps de travail. Bravo, mais depuis des années nous dénonçons l’impossibilité de prendre nos repas faute de temps,  lié à une organisation médicale défaillante.

Nos RTT vont disparaître et  nous ne prendrons pas davantage nos repas !!!!

 

Le personnel du Centre Hospitalier du Cotentin   (Cherbourg)

 

 

 help

Alors, si vous êtes partisan de la relance du dialogue social, pouvez-vous donner aux lecteurs du blog et aux hospitaliers de Cherbourg les solutions adaptées dans le cadre du dialogue social ?

Comment préserver leurs conditions de travail et le respect de leurs droits tout en supprimant  21 millions d’euros à leur établissement ?

Comment peut-on améliorer les conditions de travail des personnels hospitaliers en supprimant des emplois ?

Vos réponses seront publiées dans nos colonnes !

 

 

DG

cet article 4 pages au format PDF pour diffusion

.

2 comments for “L’impossible dialogue social !

  1. jean rigole
    26 juin 2013 at 21 h 07 min

    bonjour, a la blanchisserie de cet etablissement l’ambiance est tendue, des arrêts de travail à la pelle, tendinite sur tendinite accident de travail… Aubry nous a donner les rtt pour partager le temps de travail, le directeur sous un gouvernement de gauche, les reprends pour faire une diminution des effectifs dans les services mdr……

  2. employé
    26 juin 2013 at 10 h 35 min

    Relancer l’activité serait un bonne chose non?
    je me trompe peut-être mais nos urgences sont la vitrine de notre hôpital ! A quand le changement de ce coté là ? Je ne reproche rien aux médecins qui se débattent dans cet océan de pathologie diverse mais j’aimerais tellement ne plus voir tous ces patients en mode parking dans les couloirs des urgences qui espèrent désespérément qu’un médecin les prenne en charge en moins de 4 a 6 heures voir parfois plus!!!
    Qui aurait envie de revenir dans notre hôpital pour se faire soigner lorsque l’on sait que certains médecins ont plus de trois heures de retard sur leurs consultations.
    Sincèrement moi je vais me faire soigner à la clinique privée pas loin du CHPC car les consultations sont à l’heure les blocs sont programmés et respectés.

    donc avant de nous taper dessus en nous supprimant nos RTT nous faire travailler en 12H avec tout ce que cela nous fait perdre (je passe les détails) et nous incitera à engager des frais supplémentaire pour les gardes de nos enfants

    avez vous tenté le langage des signes, un interprète.
    bon courage les amis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *