DREUX : La maternité se met en grève avec FO !

echo-republicain09/07/13 – 12h00

Les blouses blanches n’en peuvent plus à la maternité du centre hospitalier. Un mouvement de grève a débuté pour réclamer des renforts dans les services.

La maternité se met en grève

Les périodes estivales sont toujours un peu tendues dans les établissements hospitaliers, mais cette fois c’en est visiblement trop pour les personnels de la maternité et de gynécologie obstétrique.

maternite-dreuxUn mouvement fortement suivi a débuté hier matin pour une durée illimitée. Pendant une heure, les grévistes ont distribué des tracts à l’entrée de l’hôpital pour tenter d’expliquer au grand public les raisons de cet arrêt de travail. Les services manquent de bras dans toutes les catégories de personnels.

Consultations annuléesDes sages-femmes aux auxiliaires de puériculture, en passant par les infirmières, les agents et les syndicats considèrent que « les conditions de sécurité ne sont plus assurées pour les mères et pour les nouveau-nés. » Les négociations entamées en fin de semaine dernière n’ont guère permis de faire évoluer la situation. « On ne nous propose même pas le dixième de ce que nous demandons. »

Alors les banderoles ont fleuri, hier matin, à la porte principale du centre hospitalier. Les inscriptions sur les blouses du personnel également « Épuisée », « Solidaire de la grève », les blouses blanches de la salle de naissances, des consultations externes ont bien l’intention de montrer leur mécontentement. « Plus de 250 consultations de suivi de grossesse vont être annulées pendant l’été » explique Béatrice Jaffrenou, déléguée syndicale Force ouvrière.

Les organisations syndicales ont d’ailleurs écrit à l’Agence régionale de santé pour alerter les autorités de tutelle sur la dégradation de la situation. « Il arrive que les auxiliaires de puériculture se retrouvent seules l’après-midi, au lieu de quatre, pour 28 bébés ».

Les conditions d’exercice des sages-femmes sont aussi en cause avec de semaines de 60 heures, trois gardes consécutives de 12 heures, » expliquent Jean-Pierre Servel (CGT) et Béatrice Jaffrenou qui ont repris les discussions avec la direction dans l’après-midi.

.

Yves Le Calvez – L’Echos Républicain

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *