Protocole sur les risques psychosociaux fonction publique: FO signe son désaccord !

refusAprès bien des débats au sein des organisations FO de fonctionnaires, les syndicats, consultés, ont très majoritairement rejeté le protocole proposé pour la prévention des risques psychosociaux dans la fonction publique.

Certes c’est un texte qui a évolué depuis sa présentation initiale. Mais à aucun moment le gouvernement n’a voulu remettre en cause les mesures qu’il prend et qui sont à l’origine des risques psychosociaux : suppressions d’emplois avec les mêmes charges de travail, réorganisations de services, restructurations, modifications de l’organisation du travail sans consultation des personnels, etc. etc.

Ces risques ont de multiples conséquences sur la santé physique et psychique des fonctionnaires. Les troubles musculo-squelettiques, les maladies cardio-vasculaires, les dépressions et les suicides sont quelques unes des conséquences qui engagent la responsabilité de l’Etat employeur.

Or la suppression des emplois, tout en maintenant les missions, conduit à intensifier le travail, à dégrader les conditions de travail. En refusant aux cadres des marges de manœuvre dans la gestion de leur service, le gouvernement les prive de l’autonomie nécessaire pour mener à bien leur mission. Le non respect des règles de recrutement qui conduit au développement de l’emploi précaire est aussi une source importante de risque psychosocial, etc. Or sur tous ces points, le gouvernement ne s’engage sur rien et soustraite les solutions aux directeurs d’hôpitaux en ce qui concerne la fonction publique hospitalière.

C’est au moment où les droits et l’emploi sont le plus remis en cause que l’on nous demande de discuter !

Contrairement à la CGT, la CFDT, l’UNSA, etc., les militants FO ont dit non !

 

Nous attendons le changement ! Dès qu’il se profile, c’est-à-dire dès que le gouvernement abandonne sa politique d’austérité à l’égard de la Fonction Publique, dès que la Ministre de la Santé amorcera une volonté d’abroger la tarification à l’activité qui assèche les ressources de l’hôpital, dès qu’elle abrogera la Loi HPST du précédent gouvernement qui place la gestion de l’hôpital directement sous le hachoir des Directeurs d’Agence Régionale de Santé  nous lui accorderons quelques crédits et peut-être même une signature.

En attendant, aujourd’hui, nous signons notre désaccord, non sur un texte que nous avons largement contribué à faire évoluer,  mais qui se heurte à la réalité du terrain, c’est-à-dire aux contraintes que le Gouvernement fait peser sur la fonction publique et en particulier sur la fonction publique hospitalière.

.

.

.

3 comments for “Protocole sur les risques psychosociaux fonction publique: FO signe son désaccord !

  1. neyrand bertrand
    4 novembre 2013 at 12 h 54 min

    très bonne décision de FO, cet accord ne comportait que des mesures « pansement », sans, comme il est dit dans l’article, parler de l’origine du problème.
    Offrir un antalgique à quelqu’un qui souffre d’une fracture est louable, mais cela ne soigne pas la fracture.

  2. 28 octobre 2013 at 22 h 20 min

    outre la prise en compte d’un état dépressif déjà présent chez certaines personnes, ce qui hélas est chose courante actuellement, il faut dans la mesure du possible, éviter l’isolement, la marginalisation, la rupture, la compétitivité, le changement d’affectation
    C’est pourquoi une bonne qualité de vie au travail est très important. Toutes ces prises de conscience éviteraient parfois,que, en dernier recours, il y ait le suicide.Bernadette Faille

  3. 28 octobre 2013 at 21 h 59 min

    – tant que tout n’est pas fait pour la santé et la
    sécurité,
    – tant que la prise de mesures de certains risques
    ne sont pas pris en compte,
    -tant que les obligations du Droit au travail ne
    sont pas appliqués, FO ne signera pas le Protocole
    sur les risques psychocosiaux.
    -Le gouvernement doit abandonner sa politique
    d’austérité. Il doit abroger la Loi HPST du
    précédent Gouvernement.Bernadette Faille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *