L’ECOUTE, comme une des réponses aux risques psychosociaux !

ecoute

L’Écoute est une œuvre de l’artiste français Henri de Miller située à Paris, en France. Il s’agit d’une sculpture en grès conçue en 1986, située place René-Cassin, dans le jardin des Halles, près de l’église Saint-Eustache.

 

 

  • – « Vous êtes le Monsieur du syndicat ?
  • – Oui, que puis-je pour vous ?
  • – C’est bien ce que vous faites, les gens sont contents ici.
  • – Merci, mais je ne fais rien, j’écoute !
  • – Oué, d’accord, mais ils sont contents ! Personne d’autre n’écoute ! »

 

 

L’absence d’écoute se pose souvent comme un linceul sur le mal-être.

 

Le simple fait de s’arrêter, de prendre son temps pour créer la rencontre, de porter quelques mots à l’adresse de l’autre, de serrer la main, de poser un regard sur celui qui l’attend, permet de réhabiliter celui qui est isolé dans l’ombre d’une équipe qui répète des tâches sans retour.

Ces gestes et ces mots simples, à la portée de tous, des collègues comme de la hiérarchie, permettent de reconnaître la place de chacun dans une équipe qui partage les mêmes objectifs. Ils donnent du sens aux actes de tous les professionnels qui sont ainsi  invités dans un collectif de travail qui se pétrit tous les jours comme un boulanger peut le faire avec la pâte de son pain. L’image peut paraître curieuse, mais le travail est ainsi fait qu’il ne peut résulter des seuls ordres reçus. Au travail prescrit doit s’ajouter l’intelligence du travailleur qui, de par son expérience, ses qualifications, son sens du travail, ses mots, permet bien souvent de compenser les commandements approximatifs d’un management qui se montre incapable d’expliquer le travail bien fait.

 

Il est donc extrêmement important de pouvoir discuter du travail. [1]

 

Ce n’est pas facile. L’obscurité de l’activité est un obstacle majeur. L’homme est ainsi fait qu’il est doué d’émotions et de sensations qui lui permettent de s’adapter en permanence. Le travail est certes le produit d’un objectif fixé, mais la manière de bien le réaliser diverge selon les individus. Il est ainsi constaté que la manière de bien travailler, la manière dont le salarié va appréhender le travail et le réaliser sera différente d’un salarié à un autre. Pourtant tous les deux travaillent bien et seul le résultat devrait être observé.

D’où l’importance d’une réflexion sur l’activité. « Nous sommes plus conscients de ce que l’on a raté de ce que l’on réussit », dit le Professeur Davezies. « Il ne viendrait à l’esprit de personne de se réveiller la nuit pour dire « j’ai bien fait mon travail ». Par contre le contraire est bien présent. »

Il faut que le salarié puisse exprimer ses propres normes sur le bon travail. Or, en l’empêchant de le faire il va se réfugier dans le langage commun, le prêt à penser, les phrases généralistes toutes prêtes qui vont stigmatiser les positions et parfois ouvrir la voie du conflit. Ne pas autoriser le débat contradictoire sur le travail, ou ne pas inviter à parler du bon travail, par négligence ou manque de temps, ne peut que générer du stress, des tensions dont il est très difficile de sortir. L’autre réponse devient l’isolement social de celui qui voulait parler mais que l’on a empêché. Un risque psychosocial majeur !

Il ne faut pas hésiter à se confronter sur le travail. C’est sain. Il faut le faire au plus près du travail. Il ne s’agit pas simplement de discuter mais d’échanger pour produire des règles.

 

 

L’écoute n’est pas « protocolisable » !

 

L’écoute est une réponse incontournable. Elle redonne non seulement de l’intérêt à l’autre, mais elle invite au débat sur la réalité du travail. Lorsque Henri LACHMANN, président du conseil de surveillance de Schneider Electric, co-auteur du rapport « Bien-être et efficacité au travail »[2] dit : « Quand j’ai deux cadres qui pensent la même chose, je pense qu’il y en a un de trop », c’est pour bien marquer la nécessité d’encourager les différences. Elles ne peuvent s’exprimer que par l’écoute. Si tout le monde se met à penser la même chose, alors l’uniformité s’installe, le travail s’appauvrit, la qualité s’étiole. C’est en additionnant les différences que le bon travail pourra s’extraire de ces protocoles qui annihilent l’intelligence du travailleur.

 

Prendre le temps d’écouter c’est inventer ensemble les réponses.

 

Denis Garnier

[1] Ce paragraphe est largement inspiré des échanges que j’ai pu avoir avec le Professeur Philippe Davezies, enseignant-chercheur en médecine et santé au travail. Université Claude Bernard Lyon 1

[2] « Bien-être et efficacité au travail ! 10 propositions pour améliorer la santé psychologique au travail. »  Auteurs :

  • Henri LACHMANN – Président du conseil de surveillance de Schneider Electric
  • Christian LAROSE – Vice-président du Conseil économique, social et environnemental
  • Muriel PENICAUD – Directrice générale des ressources humaines de Danone

 

voir l’article du blog FO-santé : RAPPORT SUR LE BIEN-ETRE ET L’EFFICACITE AU TRAVAIL : 3 ANS APRES !

.

 

cet article à télécharger au format PDF

« Ecoute« 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *