Combien d’emplois faut-il par service dans un hôpital ?

calculs

notice préalable pour cadres et directeurs :

Il est d’abord nécessaire de comprendre qu’un poste de travail sur 365/365 jours par an et 24/24 h représente 8 760 heures de travail ! (365 jours x 24 h)

.Ensuite il est absolument nécessaire de comprendre qu’un agent qui est absent de son service ne peut pas être considéré comme étant présent ! Par exemple, s’il faut un agent le matin et que ce dernier est malade, il faudra compenser ce temps pour assurer la prestation ou l’abandonner !

Si ces deux notions ci-dessus ne sont pas admises, il est inutile d’aller plus loin, vous n’êtes pas en contact avec le monde réel.

.

Comment se calculent les effectifs nécessaires ?

 

Comme le dirait La Palice, lorsque des absences sont constatées, il faut les déduire des présences nécessaires.

  • Les absences peuvent relever de raisons de santé, par exemple, maladie ordinaire, accidents de travail, maladie professionnelles, etc.
  • Mais aussi de mesures statutaires comme la formation, le congé de maternité et de paternité, droits syndicaux, congés bonifiés, etc.)

Le total de ces absences représente environ au plan national, une moyenne de 30 jours par an et par agent. Si l’on convertit ces jours en heures, cela donne un minimum de 210 heures d’absence du service sur l’année.

Un agent de nuit, par exemple, qui connaît une durée annuelle du travail de 1476 heures par an, desquelles il convient éventuellement de déduire les deux jours hors période et un jour de fractionnement, aura une obligation de travail réduite à 1436 heures en cas de nuit de 10 heures (1476 – 3 x10)  et 1430 heures en cas de nuit de 12 heures.(1476 – 3 x12)

Pour connaître le temps réel de présence de l’agent à son poste de travail, c’est-à- dire le temps durant lequel il sera effectivement présent à son poste de travail, il convient de déduire la durée des absences, soit dans cet exemple 210 heures.

 

C’est ainsi que les cadres, ou les syndicats, peuvent affirmer qu’un agent de nuit n’est pas en service plus de 1226 heures maximum par an.

 

L’année faisant 365 jours, si l’amplitude de nuit est de 10 heures, il sera nécessaire d’utiliser 3650 heures de travail pour couvrir un poste de nuit. En cas de 12 heures ce sera 4380 heures (365 x 12)

Ainsi, pour chaque poste de travail, il faudra 2,98 emplois (3650/1226) en cas d’amplitude de 10 heures et 3,57 emplois en cas d’amplitude de 12 heures. (4380/1226)

 

Imaginons un service où il faut 2 infirmières de nuit 365 jours par an : l’effectif des agents de nuit devra être de 6 emplois en cas de 10 heures et 7 emplois en cas de 12 heures.

Selon la même méthode simplifiée, vous pouvez trouver dans le tableau ci-dessous le nombre d’emplois nécessaires pour chaque poste de travail en fonction de la durée de l’amplitude :

amplitudes quotidiennes

7h

7h12

7h30

7h36

7H42

7H48

8H

9H

10H

12H

emplois par poste de jour

1,9

1,9

2,0

2,0

2,1

2,1

2,1

2,4

2,7

3,2

emplois par poste de nuit

2,1

2,1

2,2

2,3

2,3

2,3

2,4

2,7

3,0

3,6

A partir de ce tableau, qui s’applique quasiment à toutes les situations de travail à l’hôpital, il convient de vérifier vous-mêmes si vous êtes en sous-effectif ou en sureffectif :

Exemple de lecture pour :

  • 2 agents le matin en 7h30 = 4 emplois sur l’année
  • 2 agents l’après-midi en 7h30 = 4 emplois sur l’année
  • 1 agent la nuit de 12 heures = 3,6 emplois sur l’année
  1.  total pour un 2/2/1 = 11,6 agents
  2. total pour un 3/3/2 = 19,2 agents

 

A moins de 11, 6 emplois pour une organisation en 2/2/1, ou de 19,2 pour un 3/3/2, il y aura forcément un agent de moins sur une amplitude et sur un certain nombre de jours.

C’est pourquoi les directions, ou les cadres qui n’appliquent pas ces calculs, placent volontairement les services en état de déficit de personnel. 

Ils détériorent les conditions de travail et d’accueil des patients avec toutes les conséquences connues en termes de qualité empêchée. Cette mauvaise comptabilité du travail conduit à des changements de plannings intempestifs, des reports de congés et de repos, des heures supplémentaires et une désorganisation totale entre la vie professionnelle et la vie personnelle.

Ainsi l’absentéisme explose et les auteurs de ce constat vont chercher par tous les moyens à poursuivre les tricheurs au lieu de mettre les agents là ou il faudrait qu’ils soient.

 

Donc la première mesure qui peut faire croire à la qualité de vie au travail, c’est de mettre en face du travail le nombre d’emplois correspondant.

Pour FO santé chaque absence doit être globalement compensée pour permettre, le respect des plannings, jours de repos, de congés.

Ne pas le faire conduit en grande partie à ceci !

 

.

cet article 2 pages  au format PDF

.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *