Il n’y a pas de situation de sous-effectif dans les hôpitaux !

autrucheDisent en cœur les décideurs hospitaliers !

 

 

Mais de quoi parle t-on ?

Il y a quelques années, pour commencer à conditionner les têtes pensantes de l’ingénierie en soins infirmiers, les mathématiciens du comportement infirmier ont proposé aux soignants de compter et de détailler toutes les tâches qu’ils effectuaient au cours d’une journée pour évaluer leur charge de travail.

Cette contrainte était assortie d’une promesse. « Vous allez voir avec ça on va démontrer l’utilité de votre métier et justifier le nombre d’emploi qu’il vous faut » Que nenni !

 

Des outils fantastiques :

  • Le PMSI, le fameux Programme de Médicalisation des Systèmes d’Information qui transforme le temps des soignants en euros  « facturables » ! (Des mauvaises langues diront ensuite qu’il s’agit d’un calcul  Pour Mieux Soudoyer les Infirmiers)
  • Les S.I.I.P.S. !  Soins Infirmiers Individualisés à la Personne Soignée. Avec le SIIPS, c’est l’indicateur de soins incontournable. Le SIIPS représente l’ensemble des actions réalisées par les soignants, c’est-à-dire leur activité.
  • Le P.R.N. ! Programme de Recherche en Nursing mesure les soins directs requis par l’état du patient, tant en nature qu’en durée.

 

Des méthodes toutes plus intelligentes les unes que les autres. Une fois que les Directions de Soins Infirmiers se sont servies de tous ces outils efficients, elles peuvent estimer qu’il faut tant d’infirmiers le matin et tant l’après midi et tant la nuit.

 

Dialogue presque virtuel entre un directeur de soins (DS) et un directeur d’hôpital. (DG)

le DS—  Monsieur le Directeur Général, mes équipes ont déterminé avec précision à l’aide des outils du PMSI, des SIIPS et du PRN le temps soignant nécessaire pour effectuer tous les soins de l’hôpital.

le DG — Vous avez fait du bon boulot. Félicitations. Mais il faut que vous fassiez l’ensemble des soins avec 20% de personnel en moins.

le DS — Mais Monsieur ce n’est pas possible.

le DG — Si, puisque c’est ce qui va se passer !

 

Il n’y a donc pas de situation de sous effectif puisque le directeur l’a décidé !

 .

 cet article au format PDF : sous-effectif

.

2 comments for “Il n’y a pas de situation de sous-effectif dans les hôpitaux !

  1. CSA
    1 avril 2014 at 15 h 02 min

    Effectivement le ratio (agents/lits) ou effectifs uniformisés largement utilisés favorise toujours le moins disant en soins. Le SIIPS substitue à cela les (soins de la prise en charge globale/agent) plus proche des réalités humaines des soignants et des malades.
    La vraie question aujourd’hui n’est pas, es que l’on peut faire, mais plutôt es ce qu’on veut faire? Car finalement que les soins restent une « boite noire » est une opportunité de gestion pour occulter les véritables difficultés rencontrées au travail.

  2. RB
    31 mars 2014 at 12 h 23 min

    Pour être plus clair, aujourd’hui, les directeurs ont comme leitmotiv, la mise en place de plans de retour à l’équilibre. Donc toujours faire plus d’activités avec moins de personnels. Donc tous ces outils qui servent soit disant à mettre le bon nombre de personnels par service, ne servent plus à rien. Par conséquent, les directions de soins n’ont plus lieu d’être !!
    D’ailleurs, aujourd’hui, dans de nombreux hôpitaux notamment ceux construits sous PPP, on assiste à l’uniformisation des ratios de personnels et des plannings quelque soit l’activité. Tout çà pour répondre au diktat budgétaire et non à la qualité des soins. Aurons nous comme devenir, celui des britanniques avec la mise en place d’un nouveau concept, celui de la standardisation des soins. A quand la mise en place de ce nouvel outil !!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *