Pour en finir avec les risques psychosociaux à l’hôpital !

bien-etre« Les employeurs publics se doivent d’être exemplaires à l’égard de leurs agents. Promouvoir le bien-être de l’agent et, au premier chef, le respect de sa santé, est un objectif primordial. »

 

C’est signé du Premier ministre ! C’est une circulaire du 20 mars 2014 pour la mise en œuvre du plan d’action pour la prévention des risques psychosociaux dans les trois fonctions publiques.

Pour le Premier ministre, cette ambition doit relever de l’observation du travail réel pour une démarche d’amélioration durable des conditions de vie au travail des fonctionnaires.

 

Soyons un peu réalistes :

Le Gouvernement veut réduire de 50 milliards les dépenses publiques, ce qui correspond à la suppression d’environ 100 000 emplois !

La Fédération Hospitalière de France représentant les établissements de santé, affirme qu’elle peut engager 5 milliards d’économie dans les hôpitaux, c’est-à-dire l’équivalent de la suppression de 10 000 emplois ! 2 avril 2014 FHF 5 milliards d’économies-apm )

Pour la FHF, » le temps des réformes a été suffisamment repoussé ». « Nous avons envie d’audace et sommes dans une démarche volontaire », affirme Frédéric Valletoux. On ne peut que s’inquiéter des orientations de la FHF. Par ces propos la FHF veut passer au stade supérieur en préconisant des « réformes structurelles »  pour les hôpitaux, en d’autres termes, réduire de manière significative la voilure, c’est-à-dire en restructurant massivement  les hôpitaux.

FO santé tient à réagir vigoureusement face à toute tentative de réduire le tissu hospitalier, remettant en cause l’égalité d’accès sur l’ensemble du territoire. Ces réformes structurelles proposées s’inscrivent dans le pacte de responsabilité et les 50 milliards d’économies sur les dépenses publiques, que FO rejette et combat. Elles s’attaquent frontalement aux droits collectifs des hospitaliers et à l’emploi. Elles doivent être abandonnées. Comme le scandaient les manifestants le  18 mars dernier : « Assez d’austérité » « retrait du pacte de responsabilité ». Nous sommes donc bien loin de la prise en compte du travail réel !

 

Observer le travail réel ?

Même si le dernier de la classe de l’ENA voulait observer le travail réel, il s’apercevrait que la suppression d’emplois n’entraîne pas la réduction du travail. Le travail réel, c’est celui qui reste à réaliser avec nos administratifs, nos ouvriers, nos soignants, nos médico-techniques et sociaux !

En supprimant des emplois tout en augmentant l’activité (c’est le cas des hôpitaux publics), chacun se retrouve confronté à une masse de travail qui devient vite insurmontable !

 

Alors, la lettre du Premier ministre pour mettre en œuvre le plan national d’action pour la prévention des risques psychosociaux dans la fonction publique, c’est un peu comme si un mécanicien montait des pneus neufs sur une voiture sans moteur !

 

Le travail réel que FO observe quotidiennement, c’est :

  • des heures supplémentaires qui sont imposées, non payées et non récupérées (équivalent de 30 000 emplois en 2011-voir ici )
  • une augmentation du nombre d’emplois précaires
  • une diminution des salaires depuis 4 ans !
  • des repos, des congés qui sont reportés voire annulés,
  • des journées qui dépassent 12 heures d’amplitude de travail,
  • etc.

 

Si le gouvernement veut observer le travail réel pour prévenir les risques psychosociaux, il doit changer de politique et donner au travail les moyens de se réaliser. A l’hôpital, c’est au minimum la création des 30 000 emplois qui correspondent aux heures supplémentaires qui ne sont ni payées ni récupérées. Le reste tient du discours, un leurre occupationnel !

 .

1 comment for “Pour en finir avec les risques psychosociaux à l’hôpital !

  1. 11 avril 2014 at 13 h 00 min

    Merci pour cette article 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *