Pas de qualité des soins sans qualité du travail !

article du 1er octobre 2011 – toujours d’actualité

Les organisations syndicales, les représentants des médecins et la Haute Autorité de Santé (HAS)[1] accompagnée des Professeurs Philippe Davezies et François Daniellou[2], se sont rencontrés le 22 septembre dernier à Paris pour réfléchir ensemble sur les éléments qui permettront de mesurer les bonnes conditions de travail des personnels de santé, publics et privés.

En effet la HAS, chargée de l’accréditation des hôpitaux publics et des cliniques privées, a conclut en 2010 que la qualité des soins passait par la qualité de la vie au travail, soit, la qualité des conditions de travail. Comment ne pas encourager ce constat ?

 

Le constat de non qualité:

La Fédération FO-Santé[1] a participé à cette journée séminaire au cours de laquelle tous les acteurs sont d’accord sur les premiers constats :

  • L’ensemble des professionnels, soignants, administratifs, logistiques, cadres, médecins sont en souffrance. La santé est marquée par une succession de réformes qui se suivent sans bilan, sans évaluation, dans un contexte économique très contraignant.
  • Ceci entraîne des relations sociales tendues, voire conflictuelles, un délitement des collectifs de travail –déstructurations des équipes par un manque de temps et d’espaces pour échanger.
  • La reconnaissance est une absente à tous les étages et le dialogue social se transforme davantage en une structure d’informations descendantes que de négociations.
  • Les cadres sont « embolisés » par des tâches administratives. Ils perdent progressivement leur marge de manœuvre et se
    transforment en « contrôleurs de procédures ». Ils doivent exécuter des ordres, sans participer aux décisions et sans moyens pour les mettre en œuvre.
  • Le contenu du travail néglige aujourd’hui les aspects relationnels dans le soin. Le manque de temps, l’intensification du travail, conduisent à une réduction de la qualité et de la sécurité des soins.

Un représentant des médecins a souligné que, « si les services des urgences bénéficiaient d’une meilleure organisation ce sont près de 1000 morts qui pourraient être évités en France. »

La démonstration n’est plus à faire!

Il n’y a plus besoin de réaliser des enquêtes pour tenter d’expliquer les mauvaises conditions de travail. Les chiffres sont connus et reconnus mais les pouvoirs publics, les Agences régionales de Santé, le Gouvernement, regardent et laissent faire. Pire, ils organisent la pénurie, la non qualité et sont directement responsables des résultats dramatiques qui
font parfois la une des journaux.

Ce sont bien souvent des problèmes d’organisation et de moyens, mais personne ne veut se pencher sérieusement sur les réponses qu’il conviendrait d’y apporter.

Nous avons tous insisté sur les problèmes d’organisation du travail et en particulier sur :

  • l’impossible respect des plannings.
  • Les changements intempestifs désorganisent et le travail et la vie familiale des professionnels.
  • La polyvalence des équipes, (polycompétence et mobilité imposée)
  • la mise en place des pôles,
  • l’individualisation des tâches,
  • la perte de la capacité d’initiative,
  • l’absence de soutien face aux idées et aux propositions des professionnels
  •  la démotivation

Tous ces constats entraînent un épuisement professionnels, une fuite des vocations (dès les études) une augmentation des violences et bien sûr un absentéisme qui bat chaque année de nouveaux records.

Cette rencontre entre la Haute Autorité de Santé, les syndicats des secteurs publics et privés et des médecins, a permit de réaffirmer combien la qualité des conditions de travail était indispensable à la qualité des soins. Les problèmes de contraintes et de non qualité sont identiques dans les deux secteurs d’activités publics et privés.

La bonne santé est une richesse et non une dépense et pour la préserver il faut investir dans la prévention.

C’est la seule manière pour améliorer considérablement les conditions de travail des hospitaliers et des salariés du secteur privé.

 

Mais comment mesurer la « non-qualité »?

C’est le travail que veut entreprendre la Haute Autorité de Santé. Nous y participerons dans ce but. Permettre de mesurer la qualité des conditions de travail est un chemin indispensable. Mais comment faire? Quelles suites seront données aux constats de non-qualité? L’établissement perdra t-il son agrément?
Fera-t-il l’objet d’un mauvais classement? Y aura t-il des sanctions comme pour le non respect du cadre budgétaire ?

Les premiers éléments de mesures nous semblent incontournables. Le nombre de jours d’absences et son évolution, les accidents du travail, le nombre de départs et d’arrivées dans l’établissement, le nombre d’emplois précaires, permettent de poser les premiers éléments de la non qualité.

La démarche qualité qui est présente dans tous les établissements est pour le moment un leurre sans moyen. On constate et peut de chose se passent.

Il ne manque plus qu’à convaincre les employeurs….les décideurs. Là est le chemin. Il est des plus abrupts!

Une prochaine rencontre est programmée en janvier 2012.

 

CR et DG


[1] La HAS est une autorité indépendante. Elle connaît le même statut que l’Autorité de Sûreté Nucléaire.

[2] Le Professeur Philippe Davezies est enseignant-chercheur en médecine et santé au travail à l’université Claude-Bernard Lyon 1.

Le Professeur François Daniellou est professeur d’ergonomie à l’École Nationale Supérieure de Cognitique de l’Institut polytechnique de Bordeaux. Il est directeur du Département d’ergonomie des systèmes complexes.

[3][ Secteur privé (Catherine Rochard) et Fonction Publique Hospitalière (Denis Garnier)

 

2 comments for “Pas de qualité des soins sans qualité du travail !

  1. 24 septembre 2014 at 16 h 44 min

    Mais des soins de qualité passent aussi par des outils de qualités et correctement stérilisé et utilisé. Certains professionnels de la médecine semble oublier ça… Beaucoup de vérités dans cet article, bravo.

  2. Bottard Pascale
    11 août 2014 at 10 h 28 min

    bel article, on adhère , écrit en 2011 et la rencontre programmée en janvier 2012 : quelles ont été les suites – si elle a eu lieu!!!
    merci , j’aime vos articles du blog
    PAscale

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *