L’impossible lutte contre l’absentéisme à l’hôpital !

 

autrucheLes arrêts de travail des personnels hospitaliers pour raison de santé ne cessent d’augmenter. Tout le monde s’en émeut mais aucun décideur n’est en capacité de régler le problème !

Si rien n’est fait, dans moins de 5 ans, l’hôpital public ne pourra plus fonctionner.

Aujourd’hui les exemples de dysfonctionnements se multiplient.

.

Lorsque les syndicats FO dénoncent le manque d’effectifs, les directeurs répondent que c’est avant tout un problème d’organisation! Mais qui est responsable de l’organisation ? Ce sont les directeurs !

.

Ils avouent ainsi leur incapacité à mettre en œuvre les bonnes solutions, essentiellement par une apparente incompétence, comme c’est le cas au CHU de Poitiers, détenteur de nombreux records en matière d’arrêts de travail des personnels pour raison de santé.

Pour les mêmes résultats un agent hospitalier serait licencié pour insuffisance professionnelle ! Mais ici, les pouvoirs publics apprécient les directeurs sur leur seule capacité à contenir ou à réduire les dépenses. Ils peuvent massacrer le personnel sous les applaudissements et de l’Agence Régionale de Santé et du ministère de la Santé.

.

A u CHU de Poitiers par exemple, l’absentéisme est de 12,53 %

C’est-à-dire que tous les jours plus de 550 agents sont arrêtés pour des raisons de santé sur les 4 400 que compte l’établissement. Le CHU de Poitiers détient le record absolu des CHU en nombre d’agents en Congés de Longue Maladie (CLM) et en Congés de Longue durée (CLD) et une augmentation des arrêts maladie de 110% entre 2008 et 2011 ! (de 4,42 jours par an et par agent en 2008 à 9,29 en 2011)

Pour répondre à ce fléau la direction a recruté un psychologue !!!!!!

La Cour des Comptes a établit un rapport sur ce CHU et relève que, depuis plusieurs années, la direction s’est lancée dans une forte recherche d’une maîtrise des dépenses de personnel qui débouche sur des situations tendues dans certains services, les remplacements et les heures supplémentaires ne compensant que très imparfaitement les absences.

La Cour des Comptes souligne que le CHU ne dispose pas d’outils suffisants de pilotage permettant de mesurer la charge de travail et les effectifs nécessaires.

 

Nous voilà au cœur des raisons essentielles de l’absentéisme.

Un pilotage à vue, sans outil de contrôle, sans observer les charges réelles de travail et bien sûr, sans donner aux services les effectifs nécessaires pour un travail de qualité. Comme le souligne ici la cour des comptes, voilà un établissement qui, comme de nombreux autres, est incapable de mesurer la charge de travail et les effectifs nécessaires ! Le seul objectif poursuivi reste la réduction des effectifs sans se soucier des charges de travail, de la qualité et des soins et des conditions de travail des personnels.

Dans ces conditions, l’augmentation des absences pour raison de santé ne peut que se poursuivre !

En conclusion le manque de personnel ainsi organisé par les pouvoirs publics entraîne une surcharge de travail qui provoque des absences qui à leur tour aggravent ce constat. A terme, les hôpitaux ne pourront plus fonctionner.

Les cadres demandent toujours, les directeurs de soins répondent parfois, les directeurs d’hôpital refusent systématiquement, les Agences Régionales de Santé privent les hôpitaux de moyens, le ministère de la Santé et le gouvernement regardent sans broncher ayant pour seul objectif de réduire les dépenses, quitte à assassiner la qualité des soins et les conditions de travail des personnels hospitaliers.

Dans ce contexte la fédération FO considère à juste raison que tous les débats engagés pour le dialogue social, la qualité de vie au travail et la prévention des risques psychosociaux ne sont que des artifices inopérants et déconnectés de toute réalité.

.


La seule solution pour réduire les absences

pour raisons de santé :

Seule une prise en compte des charges réelles de travail pour déterminer les effectifs nécessaires à un poste de travail sera de nature à améliorer les conditions de travail des personnels et donc, la qualité des soins et donc, la qualité de vie au travail !


.

cet article pour diffusion ICI :impossible lutte contre l’absentéisme

.

Pour approfondir ce dossier :

.

 

2 comments for “L’impossible lutte contre l’absentéisme à l’hôpital !

  1. Gerald FRANCOIS
    13 octobre 2014 at 17 h 40 min

    La mauvaise évaluation de la charge de travail n’est pas la seule en cause, je pense même qu’elle est assez correctement évaluée, mais elle ne tient pas compte de l’absentéisme, qui à lui seul désorganise le fonctionnement des services, conduit aux « injonctions paradoxales » du management (pour ne pas dire les décisions n’importe quoi) et conduisent à l’usure professionnelle. Je suis un jour tombé sur une étude qui montrait que remplacer 1 agent, donc mettre 1 agent au travail conduisait en fait et par effet domino à en mettre 1,3 environ car les équipes respirent un peu et l’usure est moins forte…

    • garnier
      14 octobre 2014 at 17 h 46 min

      Vous avez parfaitement raison et d’ailleurs le CHU de Nantes vient de faire une expérience démontrant qu’en remplaçant systématiquement les absences des ASHQ, non seulement les absences de cette catégorie diminuait,mais aussi celle des Aides-Soignants et Infirmiers. (moins de glissement de tâches)
      Par contre la charge de travail évaluée essentiellement par les directeurs de soins et les cadres de santé n’est pas prise en compte intégralement. J’en veut pour preuve les établissements qui avaient mis en place des outils comme les SIIPS, ou le PMSI, ou le PRN pour évaluer la charge en soins infirmiers. A partir du moment ou ces outils ont indiqué que les effectifs étaient insuffisants ils ont été supprimés (CHU de Besançon par exemple)
      En cassant le thermomètre nous n’avons plus de température c’est connu, mais le malade reste bien malade et son état empire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *