Ces « chefs » qui organisent le travail à l’hôpital !

chef-delegueUn des enseignements que peuvent retenir des directeurs ou des cadres de leurs cours de management, est celui de reporter sur les autres leur propre responsabilité. Faire en sorte que le problème rencontré devienne celui de l’autre !

Par exemple, dans le cas d’absences inopinées dans un service, c’est souvent aux agents eux-mêmes de trouver les solutions pour assurer la continuité du service. « débrouillez-vous entre vous ! »

La culpabilisation des personnels hospitaliers est un outil de management très pratiqué : « si vous n’arrivez pas à faire votre travail c’est que vous êtes mal organisé », en est l’exemple type !

.

Mais qui est responsable de l’organisation du travail ?

Le code de la santé est précis : « Le directeur décide de l’organisation du travail et des temps de repos…. »

Le décret 2002-9 du 4 janvier 2002 rappelle :

  • que pendant leur temps de travail « les agents sont à la disposition de leur employeur et doivent se conformer à ses directives sans pouvoir vaquer librement à des occupations personnelles »
  • que « L’aménagement et la répartition des horaires de travail sont fixés par le chef d’établissement »
  • que « Le travail est organisé selon des cycles de travail définis par service ou par fonctions et arrêtés par le chef d’établissement »
  • que « Dans chaque établissement, un tableau de service élaboré par le personnel d’encadrement et arrêté par le chef d’établissement précise les horaires de chaque agent pour chaque mois. » Le travail est organisé par le chef d’établissement et un tableau de service est élaboré par le personnel d’encadrement. Le tableau de service définit le nombre d’agents nécessaire par jour et par nuit pour assurer la charge de travail. Que ce soit un service administratif, technique, ouvrier, médico-technique ou soignant, c’est la direction via le cadre qui organise le travail !

.

Sur quoi repose l’organisation du travail ?

Une situation de travail est observée par :

  • des objectifs à atteindre
  • des moyens mis en œuvre
  • des conditions d’exécution

Pour que les conditions d’exécution du travail puissent se dérouler avec bonheur, il convient que celui qui est chargé de l’organisation du travail vérifie au préalable si les moyens mis en œuvre correspondent bien aux objectifs à atteindre. Cela s’appelle prévoir ! prévoir c’est gérer ! gérer c’est organiser ! Donc si l’agent est mal organisé la responsabilité en incombe directement à la direction d’établissement !  

Il faut assumer ses responsabilités !

Les agents d’exécution ne sont pas responsables de l’organisation du travail. Reporter sa propre responsabilité sur les autres n’est gage ni de courage ni de performance. Si le travail est mal organisé c’est que le chef d’établissement et son encadrement ne font pas convenablement leur travail. Ils sont donc mal venus d’en faire le reproche aux agents chargés de l’exécuter. Ne serait-il pas  intéressant d’évaluer le travail des supérieurs par ceux qui exécutent leurs directives ? . .cet article po

.Cet article accessible ICI pour diffusion

.

5 comments for “Ces « chefs » qui organisent le travail à l’hôpital !

  1. Franck
    10 mai 2015 at 10 h 58 min

    Bonjour Marie-Ange
    Il y a bien un rapport entre l’organisation d’un planning et la gestion d’un service, c’est de gérer les effectifs, d’anticiper, de prévoir, de prendre en compte réellement les équivalents temps pleins toutes absences confondues.
    Il est bien là le problème, de vouloir des équipes à minima, épuisées, se sont bien les directeurs, les cadres qui mettent en applications les directives, qui ne respecte pas le temps de travail le temps de repos.
    Ils sont les exécutants des directives, ils subissent peut-être, mais surtout ils participent
    Je connais des cadres qui se battent et d’autres qui accompagnent que j’ai entendu dire je cite ʺj’exécute à la lettre les ordres de mon Directeur des soinsʺ ou encore ʺil ne faut rien lâcher il faut serrer la visseʺ le pire ʺnotre but est de casser l’équipeʺ
    Comme tu écris (ils font de leur mieux afin que ce soit le « moins pire ») permets moi de te dire que c’est déjà trop
    Pour ce qui est de leur place tu ne peux pas leur prendre.
    C’est leur choix personnel d’évolution de carrière , d’en quel but ? cette question ci m’intéresse

  2. VASSY Isabelle
    1 mai 2015 at 16 h 20 min

    Bonjour Denis,
    je suis entièrement d’accord sur la non responsabilité du chef d’établissement à réagir.
    Culpabiliser les agents, alors que lui même, ne s’interroge pas sur les difficultés rencontrées sur le terrain, ne fait que renforcer le mal être au travail.
    Aujourd’hui, malheureusement on évalue pas le travail des supérieurs par les exécutants.
    Ce serait une belle révolution !!
    le fait est qu’en plus de leur irresponsabilité, on leur offre une « PFR ». Magique non !
    Prime de fonctionnement à la rentabilité, alors le reste !
    leur mission est d’obtenir cette prime.
    Un grand merci pour tout ton travail.
    Isabelle

    • Franck
      10 mai 2015 at 11 h 05 min

      Bonjour Isabelle excellent ta définition de la PFR

  3. plagnol
    6 avril 2015 at 6 h 32 min

    Salut Denis,

    En ce qui concerne une erreur sur feuille de paie, exemple : oublis sur gestor d’un jour ou d’une nuit travaillé, remplacé par un RH, RC, RT etc, vu sur feuille de paie à M-1 ou plus tard, (sans avoir accet à gestor ou au planning prévisionnel du mois en question)à qui incombe la responsabilité de justifier l’erreur au niveau du bureau du personnel, le cadre,le salarié ou le salarié envers le cadre?

    cordialement.

    Gérald

    • Marie-Ange
      9 avril 2015 at 8 h 31 min

      Gérald,
      je ne vois pas bien le rapport entre l’organisation d’un planning,la gestion d’un service et l’erreur humaine d’un agent de saisie informatique?
      Qui doit dénoncer l’erreur faite? où est le rapport avec « qui est responsable de l’organisation du travail à l’hôpital »? Il est logique que l’agent lui même s’il s’est rendu compte de l’erreur sur sa fiche de paie, le fasse remonter soit par l’intermédiaire de sa cadre soit en téléphonant directement au bureau de la paie.
      Pour ma part, je répondrai à Denis que lorsque l’on se retrouve dans un plan de retour à l’équilibre avec des équipes au minima, les cadres n’ont pas beaucoup de marges de manoeuvre pour anticiper les absences imprévues, à moins de supprimer des RH ou de RC aux autres agents présents afin de pouvoir faire tourner le service…Les agents du pool sont déjà tous occupés à remplacer les arrêts… Fermer des lits? C’est déjà fait… alors… qui est responsable à la source? Le directeur? : il applique les textes en matière de quota de personnel… Je répondrai : c’est le gouvernement avec sa T2A qui plombe tous les hôpitaux. Les cadres à l’heure actuelle dans mon établissement subissent et font de leur mieux afin que ce soit le « moins pire », je ne voudrais pas être à leur place!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *