Flambée de risques psychosociaux à l’hôpital : Marisol Touraine sort son pistolet à eau !

pouceLa flambée des risques psychosociaux

  • 120 000 agents sont arrêtés tous les jours pour raison de santé !
  • Une nouvelle organisation en Groupement Hospitalier de Territoire qui éloigne les décisions du travail et qui vise la suppression de 22 000 emplois !
  • Des heures supplémentaires qui représentent l’équivalent de 30 000 emplois dont plus de la moitié ne sont ni payées ni récupérées ! (l’hôpital tourne à crédit)
  • Un nombre d’emploi précaire qui ne cesse d’augmenter pour dépasser les 20% !

Notre ministre est trop forte ! Elle étrangle tout le monde et propose ensuite de payer des médiateurs pour régler les conflits dont sa propre gestion a été l’instigatrice !

 

Préparation du brasier

On veut supprimer ou réorganiser ! Alors on crée une situation problème ; on réduit les budgets, on supprime les effectifs et on met les personnels en tension. L’absentéisme des restants augmente ! Alors on fait une expertise, audit… et on constate (oh surprise ) que ça ne marche pas. On dit alors « on va faire autrement ». Alors on fait valoir que l’on est dans une période de restriction et que l’on pourrait réorganiser ! On crée une situation à problème ; des GHT ! Mais ça va coûter donc on va supprimer et réorganiser. Alors on crée une situation problème ; on réduit les budgets, on supprime les effectifs et on met les personnels en tension.

etc. Etc.

.

La mise à feu des risques psychosociaux à l’hôpital c’est :

  • Une intensification du travail qui ne cesse d’augmenter par une augmentation de la charge de travail et une réduction des moyens,
  • un management oppressé et oppressant qui exclue plutôt que d’intégrer,
  • une instabilité constante des situations de travail par des incessantes réorganisations
  • des emplois précaires qui servent de tampon budgétaire.

.

Pour maitriser cet embrasement notre ministre sort son pistolet à eau!

Elle propose une « nouvelle stratégie nationale pour prendre soin de ceux qui nous soignent » le jour même où l’Assemblée Nationale adoptait la Loi de Financement de la Sécurité Sociale (LFSS) où, à la demande du gouvernement, 520 millions d’euros sont ponctionnés sur les fonds de la formation (300 M€) et sur le Fonds pour l’Emploi Hospitaliers (220 M€). Des discours d’un côté, pour soi-disant « prendre soin » des personnels hospitaliers et de l’autre :

  • Une mission nationale sur la qualité de vie au travail alors que le ministère est incapable de faire le point sur 10 établissements qui ont soumis un projet de prévention des risques psychosociaux depuis 5 ans.
  • Un observatoire , certainement pour compléter les milliers de questionnaires qui restent sans réponse
  • Des médiations pour éteindre là ou il y le feu (c’est-à-dire à peu près partout)
  • Une charte pour accompagner les agents victimes de restructurations
  • Des entretiens individuels pour faire le point…
  • Etc.

Un ensemble de mesures pour que les agents supportent mieux les contraintes imposées par la politique désastreuse menée par la ministre.

.

Pour éteindre l’incendie il faut en priorité :

  • Le respect absolu du droit en matière de temps de travail pour limiter les dérives qui conduisent des agents à travailler 60 heures par semaines et à réaliser plus de 13 heures sur une journée.
  • Le recrutement de 30 000 emplois pour compenser le nombre d’heures supplémentaires effectuées
  • La titularisation des emplois précaires pour permettre à ces agents d’exprimer pleinement leurs compétences et d’ainsi améliorer la qualité du travail.
  • Abroger les Groupements Hospitalier de Territoire (GHT) qui vont noyer les responsabilités et qui vont priver les cadres de proximité de toute initiativeLes grèves et manifestations se multiplient, le mécontentement embrase tous les hospitaliers et notre ministre sort un pistolet à eau pour lutter contre cet incendie !

.

La riposte s’impose !

Elle est programmée pour le mois de mars avec les autres organisations syndicales. 

0.

Le communiqué de la Fédération FO-santé

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *