AUDE : CH de Carcassonne FO dénonce un scandale financier 15 suppressions de postes sur sa plate-forme logistique

Au premier juin, le service de restauration verra son activité diminuer de moitié. Le 28 mars dernier, la direction du CH de Carcassonne a annoncé au CTE la suppression de 15 postes sur 150 sur sa plate-forme médico-logistique (PML).

En 7 ans d’existence, cette plate-forme médico-logistique est devenue une bombe à retardement. Dès sa mise en service en 2010, le syndicat FO du CH de Carcassonne n’ a eu de cesse de dénoncer le fonctionnement de la PML mais surtout le bail emphytéotique liant l’hôpital à la société Logicités (filiale de Bouygues), propriétaire des murs.

Outre le fait que l’hôpital doit s’acquitter d’un loyer de 4,3 millions d’euros par an, l’établissement s’est porté garant de toutes les problématiques pouvant survenir durant les 27 années du contrat. La première en date est le paiement de la taxe foncière (800000 euros par an) que la filiale de Bouygues refuse de payer au nom des accords signés.

Un avenir plus qu’inquiétant !

Le désengagement du principal client l’USSAP (Union Sanitaire et Sociale Aude Pyrénées) dès le 1er juin devrait encore accroitre les problèmes. L’outil de production devenant surdimensionné, la recherche de nouveaux clients de la plateforme devient une nécessité absolue voire vitale.

Il y a 4 ans, la chambre régionale de la cour des comptes avait pointé du doigt le manque de partenaires ainsi que le prix des prestations jugé excessif.

Dans ce contexte difficile, FO lance un véritable SOS. Gilles Gadier, son secrétaire, rappelle qu’en 2014, FO avait alerté Michel Sapin, alors Ministre du travail, et malheureusement rien n’alors avait été fait.

Et c’est aujourd’hui, le même, devenu entre temps, Ministre des Finances, qui a rejeté la demande d’exonération de taxe foncière.

Pour FO, il y a urgence. La plateforme risque le dépôt de bilan.

FO demande donc une audience auprès de la Ministre Marisol Touraine dans les plus brefs délais pour trouver une solution au maintien de cette plate-forme ainsi que de ses emplois. FO propose également que l’hôpital dénonce le BEH (bail emphytéotique hospitalier) quitte à ce qu’il coûte 50 millions d’euros. « Mais au moins, ce n’est pas 116 millions que nous donnerons à Bouygues », conclut Gilles Gadier.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le chiffre : 2500 euros le robinet. C’est le prix facturé à l’hôpital de Carcassonne par le propriétaire des murs pour changer un robinet servant à refroidir…. des pâtes !!

 

FO n’accepte pas le tarif prohibitif de location 4.3 Millions €/annuel et ses conséquences sur l’équilibre du budget de l’hôpital.

Cela plombe depuis des années le budget de l’hôpital qui se doit de compenser les déficits à hauteur de sa représentativité dans le GCS GAPM. (51% en 2011)

 Extrait rapport de la Chambre Régionale des Comptes (Aout 2013).

« Cependant, 3,2 M€ de perte d’exploitation en 17 mois d’exploitation, avec une prévision déficitaire en 2012 de – 1,162 M€, et sans perspective d’excédent à court terme, me conduisent à attirer à nouveau l’attention des administrateurs du GAPM sur la réalité économique qui caractérise un établissement dont la mission est, non pas de soigner, mais de produire des biens et des services au meilleur coût pour une qualité croissante, en respectant son équilibre financier ».

Extrait rapport de la Chambre Régionale des Comptes (Aout 2013).

Les provisions pour risques :

Membre du groupement de coopération sanitaire (GCS) GAPM, le CH de Carcassonne détient 51 % des parts au titre de l’exercice 2011 ; il est ainsi responsable des dettes du GCS sur son propre patrimoine, comme le prévoit l’article 10.3 de la convention constitutive : « Les membres sont tenus responsables des dettes du groupement sur leur patrimoine propre dans la proportion de leurs droits tels que déterminés à l’article 8 ».

Après avoir dénoncer les causes, FO dénonce les effets, car le CH de Carcassonne est par le biais de la PML à la fois prestataire mais également client.

Par ce fait, l’incidence des prix des prestations impacte doublement le CH de Carcassonne.

Extrait rapport de la Chambre Régionale des Comptes (Aout 2013).

« La réduction des coûts chez les adhérents n’a pas été effective. A terme, le prix des prestations de la plateforme pourrait être jugé excessif.

Le syndicat FO trouve inacceptable que l’ensemble des personnels et en particulier les contractuels, payent les erreurs de gestion et soient utilisés comme variable d’ajustement.

« Tous ces choix auxquels nous nous étions opposés dés le début du projet et que nous avions dénoncé dans toutes les instances de l’établissement ont des conséquences désastreuses autant sur le budget de la PML que sur celui de l’hôpital et des Rives d’Ode.

Avec pour conséquences les effets collatéraux des restructurations en cours et à venir dans les services du CH et des Rives d’Ôde », dixit Gilles Gadier.

FO dénonce pourtant depuis le départ du projet le principe financier du recours au bail emphytéotique.

Le syndicat FO et les personnels de la PML sont aujourd’hui très en colère et révoltés devant un tel gâchis.

Le syndicat FO avait anticipé et alerté la Présidence de la République en 2014 pour lui demander de se porter garant afin de nous aider à renégocier le bail emphytéotique de la PML.

« Nous sommes également en colère car nos collègues, salariés de la PML ont donné le meilleur d’eux même par leur professionnalisme et leur engagement sans faille au service de la PML en effectuant + de 1000 heures supplémentaires de travail au bout de 3 mois d’ouverture ».

Les Agents de la PML ont été trompés par l’ancienne direction qui leur avait promis des déroulements de carrières et des grades à pourvoir qu’ils n’ont jamais vu venir.

Actuellement, un audit organisationnel est en cours sur la PML et FO attend ses conclusions avec beaucoup d’intérêt afin de connaitre ses préconisations.

Pour autant même si les acteurs ont changé, le syndicat FO demande à l’Agence Régionale de Santé (ARS) Occitanie qu’elle prenne ce dossier à bras le corps en y apportant une attention particulière dans le sens ou à la date de création de la PML, le montage juridique et financier avait obtenu l’aval de l’ARS Languedoc Roussillon et de l’Etat.

A ce titre, les responsabilités doivent être partagées et l’ARS doit nous aider à réparer les erreurs qui ont été commises avec son assentiment.

Le syndicat FO se veut résolument optimiste malgré l’état des lieux et ne lâchera rien.

Le syndicat FO demande à l’ensemble des politiques locaux d’utiliser leurs mandats et leurs représentativités pour faire bloc et exiger de la part du gouvernement une aide exceptionnelle de l’état pour préserver l’emploi.

 

 

 

 

 

 

 

1 comment for “AUDE : CH de Carcassonne FO dénonce un scandale financier 15 suppressions de postes sur sa plate-forme logistique

  1. Françoise
    12 juillet 2017 at 19 h 58 min

    Cela se répercute malheureusement sur les personnes fragiles ou handicapées : la restauration est dégueu, les portions sont maigres, le goût est beurk et il n’y a aucun respect des différents régimes. Quant aux délais, n’en parlons pas, jamais à l’heure… À tel point que la MAS, où vit mon fils, est en train de chercher une solution pour trouver un autre fournisseur. Actuellement, elle doit se « contenter » d’un fournisseur à… Lyon (et nous sommes dans l’Aude). Où est-il ce temps « béni » où les collectivités avaient leurs propres cuistots qui préparaient de la bonne bouffe et connaissaient les goûts et les régimes des résidents (ou des élèves) ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *