Les Traumatismes de l’Organisation du Travail,

insecurite-travailPour en finir avec les Risques psychosociaux !

 

Comme le soulignent certains chercheurs le terme « Risques Psychosociaux » renvoie une image négative du travail, pointe, comme le « stress », une dimension essentiellement individuelle et médicalisée (burn out), culpabilise l’individu et non les institutions (ticket Psy…) et enfin et surtout, débouche trop souvent sans solution à court et long terme. Vincent de Gaulejac par exmple préfère parler de harcèlement, de violence, de souffrance psychique et de souffrance sociale. « La notion de risques psychosociaux neutralise les enjeux de pouvoir et de conflit. »[1]

Il est donc préférable d’utiliser une expression qui se rapproche de la réalité.

 

Mais de quoi s’agit-il ?

Il est reconnu depuis longtemps que les « risques psychosociaux » sont à l’origine des Troubles Musculo Squelettiques (TMS).  Troubles ? Troubles du coude, de la main, du dos ? Ne s’agit-il pas davantage de traumatismes ? Il y a donc des traumatismes physiques, que nous pourrons continuer d’appeler, TMS, Traumatisme-Musculo-Squelettiques.

 

Ensuite nous connaissons un Ensemble des troubles psychiques ou psychosomatiques, ou psychologiques provoqués accidentellement par un agent extérieur au travailleur. C’est la définition des traumatismes Psychiques. (Blessures émotionnelles) Le stress post traumatique par exemple est une forme particulière et sévère de stress dépassé. Il peut apparaître lorsqu’une personne a vécu un événement traumatique, également dénommé incident critique.

Enfin les dommages causés à la psyché sont des traumatismes psychologiques.

 

Il s’agit là de Risques Traumatiques du Travail (RTT) mais cet acronyme est déjà largement occupé, n’est ce pas ?

Lorsqu’il s’agit de rechercher les causes de ses divers traumatismes dans le monde du travail, il apparaît qu’ils ont tous pour origine l’organisation du travail.

 

Par organisation du travail, on entend généralement la durée, les effectifs, les plannings, l’aménagement du temps de travail, la rémunération, la définition du contenu du poste et des résultats attendus, l’organigramme, les processus d’évaluation et de contrôle du travail, les restructurations, le recours à la sous-traitance, les rapports sociaux, l’impact de l’activité de l’entreprise sur le voisinage et l’environnement, le statut, etc.

Donc puisque ces traumatismes physiques, psychiques, psychologiques sont la conséquence de l’organisation du travail, acceptons l’expression de « Traumatismes de l’Organisation du Travail » (TOT)

 

C’est certainement une autre voie pour en finir avec les risques psychosociaux !

 

DG

.



[1] Vincent de Gaulejac. « Travail : Les raisons de la Colère » –éditions du Seuil-mars 2011-p 66

.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *