pointeuseFaut-il revendiquer le retour de la pointeuse ?

 

La qualité première des personnels hospitaliers c’est certainement l’empathie envers les personnes qui leurs sont confiées, qu’elles se nomment malades, résidents ou patients (et il en faut de la patience)!

Avant, ils ne regardaient pas leur montre pour délivrer le dernier soin de la journée ou terminer la rédaction de la dernière ordonnance, voire pour révéler la dernière radio qui s’était coincée dans le tiroir 5 minutes avant la débauche. Les 8 heures quotidiennes étaient un simple repère temporel. Depuis la mise en œuvre des 35 heures en 2002, elle se sont transformées en 7h12, 7h36, voire 7h42 ou 48…..

 « Mesdames les infirmières désormais vous travaillerez 7 h 42 ! »

Absurde confrontation entre le temps du travail et le temps des soins !

 

A 7 h 41 faut-il laisser tomber la seringue ?

Cette idée n’a jamais effleuré le bon sens des soignants.

 

Mais lorsque cette journée se déporte au-delà de cette limite chronométrée, la simple demande de récupération de ce temps place l’agent dans une situation conflictuelle avec son cadre de proximité alors qu’il ne fait que demander son droit. De là, naît la phobie de la montre, les suspicions en tout genre et la perte de l’indispensable confiance nécessaire au bon travail d’équipe. Rappelons que les heures supplémentaires non payées et non récupérées à l’hôpital se comptent en millions !

La revendication de la comptabilisation de ces minutes est vécue par les donneurs d’ordres comme un affront à l’empathie naturelle que l’on doit à ce malade. Six minutes par jour c’est un jour de repos supplémentaire sur l’année. Ce n’est pas neutre et le « patron » le sait bien puisque c’est lui qui a imposé le décompte à la minute !

Ainsi, tous les agents qui contrôlent minutieusement leur durée réelle de temps de travail et la compare à la durée légale, s’aperçoivent de la supercherie dont ils sont les victimes.

Alors l’idée de l’arbitre fait son chemin ! La pointeuse.

Cette dernière fut créée par les employeurs pour contrôler  les travailleurs soupçonnés de tricherie.

Aujourd’hui ce sont les agents hospitaliers qui soupçonnent les directeurs d’hôpital de tricher. Sauf qu’aujourd’hui les « directeurs tricheurs » ne veulent pas de pointeuse.

Ils veulent le retour des nonnes, bonnes et un peu pigeonnes !

DG

cet article au format PDF pour diffusion

.

2 comments for “pointeuseFaut-il revendiquer le retour de la pointeuse ?

  1. rignon
    3 septembre 2013 at 10 h 47 min

    il y a mieux!:
    que dîtes-vous de congés annuels,repos hebdomadaires, RTT, RC pendants lesquels il faut »rester joignables et disponibles »?
    bien sûr la DRH interrogée officiellement sur son positionnement à ce propos ne répond pas!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *