LA COLÈRE DES HOSPITALIERS GRONDE PARTOUT EN FRANCE AVANT NOËL

Jamais avant les fêtes de fin d’année, nous n’aurons connu autant de grèves, de mobilisations, d’exaspération, de colère des personnels hospitaliers.

Avec leur syndicat FO, tous condamnent la politique d’austérité mise en place dans les établissements avec pour conséquence des suppressions de postes (800 à 1000 annoncées à Marseille, 40 à Chartres, 34 à Lezignan Corbieres …etc), de lits (Marseille, VIERZON, Mantes la jolie, Chartres…), des remise en cause du statut (primes de service, temps de travail etc comme à Chalons en champagne, à Bordeaux..), du travail en sous effectif (le Kremlin Bicetre, Cherbourg,…).

Trop c’est trop, les Hospitaliers avant la semaine de Noël alertent de leurs conditions de travail désastreuses. D’autres, comme à Cherbourg où la mobilisation ne cesse de croitre aux urgences, sont rejoints par les médecins qui appellent à la grève à compter du 27 décembre prochain.

Ces personnels ne sont pas prêts à laisser faire. Ils crient haut et fort comme à Marseille où prêts de 500 agents se sont mobilisés le 21 décembre dernier pour dire à leur direction « on est fatigués ! on n’est pas des esclaves ! ». Partout en France, les agents refusent de « continuer à faire des efforts ».

L’heure est à la revendication, à l’indignation. Pour FO, il est hors de question « de laisser faire ». Cette fin d’année a montré la détermination des Hospitaliers à ne rien lâcher. Plus encore, 2018 sera l’année de l’action !

MARSEILLE :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LEZIGNAN-CORBIERES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

VIERZON

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

MANTES LA JOLIE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

BORDEAUX

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CHERBOURG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LE KREMELINBICETRE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CHALONS EN CHAMPAGNE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

MAYENNE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CHARTRES : 40 emplois en moins et suppression de 96 lits d’ici à fin 2020 dans le cadre du Cref

Hier à 16:50

CHARTRES, 22 décembre 2017 (APMnews) – Le nouveau contrat de retour à l’équilibre financier (Cref), que le centre hospitalier (CH) de Chartres s’apprête à signer, prévoit une réduction des effectifs d’une quarantaine de personnes et la suppression de 96 lits d’ici à fin 2020, a-t-on appris jeudi et vendredi.

La CGT du centre hospitalier (CH) de Chartres a manifesté la semaine dernière pour protester contre la « fermeture de 96 lits d’ici à 2020 » dans le cadre d’un nouveau Cref que l’établissement préparait pour faire face à un déficit financier important et elle a fait part de son inquiétude sur des suppressions de postes associées (cf APM SYL2P0WCKL).

Le Cref, qui a été présenté au conseil de surveillance jeudi, prévoit effectivement la fermeture de 96 lits d’ici à fin 2020, selon les éléments fournis par la direction de l’établissement dans un communiqué diffusé jeudi. Mais contrairement aux suppressions de lits, le nombre d’effectifs en moins prévu dans le prochain Cref n’apparaît pas dans les documents dont APMnews a eu copie.

« Le chiffre de 40 emplois a été évoqué jeudi par la direction lors du conseil de surveillance », a expliqué vendredi Arnaud Pionnier, secrétaire adjoint FO au CH de Chartres.

« Dans la mesure où on revoit le programme capacitaire à la baisse, il y aura moins de lits d’hospitalisation complète, ce qui pourra se traduire forcément par une réduction des effectifs d’une quarantaine de personnes », a indiqué vendredi la direction du CH de Chartres, interrogée par APMnews sur la question des emplois.

Sur les 96 suppressions de lits prévues, 61 concerneront la médecine et 35 la chirurgie.

Cette « réduction capacitaire attendue de 96 lits » se déroulera sur 3 ans, « dont 40 lits à compter du 1er juillet 2018, 28 lits à compter du 1er juillet 2019 et 28 lits à compter du 1er janvier 2020 », est-il précisé dans l’avenant n°1 du Cref du CH de Chartres dont APMnews a eu copie.

« A noter que la norme nationale du Copermo [comité interministériel de performance et de la modernisation de l’offre de soins] exigerait une réduction de 124 lits. Or le centre hospitalier tient compte de l’évolution démographique, des besoins de la population et de la faible réponse actuelle l’aval », a souligné la direction du CH de Chartres dans son communiqué.

Les suppressions de lits seront essentiellement concentrées sur le site de l’hôpital Louis Pasteur qui regroupe les activités de chirurgie et de médecine. Celui-ci compte environ 450 lits, « soit 25% de lits en moins, ce qui correspond à un étage complet du bâtiment Louis Pasteur », a avancé Arnaud Pionnier.

« Sachant que 30% des lits de chirurgie ont été supprimés en 2014 dans le cadre du précèdent contrat de retour à l’équilibre financier, c’est une nouvelle saignée », a-t-il poursuivi.

Le CH de Chartres compte 1.300 lits et places sur l’ensemble de ses sites.

9,5 millions € d’économies

 

 

 

 

1 comment for “LA COLÈRE DES HOSPITALIERS GRONDE PARTOUT EN FRANCE AVANT NOËL

  1. 24 janvier 2018 at 11 h 43 min

    Entant que chirurgien esthétique, je comprends très bien la raison de cette colère. Il faut répondre à leurs demandes pour améliorer le service dans nos hôpitaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *