Références bibliographiques

pacific'acteurs Les « PACIFIC’ACTEURS »

Voyage conflictuel à Saint-Pierre-et-Miquelon
Denis Garnier

Resumé

Un voyage, un conflit, ce récit permet de comprendre toutes les étapes qui mènent de la grève à la solution en savourant le parcours presque initiatique de l’auteur qui nous plonge au cœur même d’une négociation et qui nous permet de découvrir la partie immergée des rapports sociaux. Être muté à Saint-Pierre-et-Miquelon est vécu comme une punition par ces « mayoux » contraints. Ce n’est pas pour autant que des facilités sont accordées aux Saint-Pierrais et aux Miquelonnais à hauteur des contraintes qui sont les leurs. Ceci peut expliquer en partie les façons très particulières de déclencher un conflit et de le gérer. Accumulant les expériences les plus diverses dans le domaine de conflits du travail, de leur organisation à leur réalisation, ayant participé à de nombreuses négociations pour améliorer au quotidien les conditions de travail des salariés ou permettre la signature (ou la non signature) d’accords nationaux, l’auteur ne pouvait s’imaginer se retrouver un jour dans les circonstances présentes. Ni sociologue, ni psychologue mais témoin averti d’un monde du travail en crise, l’expérience acquise permet à l’auteur de comprendre et de traiter ce conflit dans lequel il fut plongé bien malgré lui. Il nous invite au voyage dans un archipel méconnu du plus grand nombre.

Auteur

Formateur, médiateur et membre de plusieurs instances nationales traitant des conditions de travail, des accidents du travail et des maladies professionnelles, l’auteur organise, anime et participe à de nombreuses conférences sur la souffrance au travail. Il est déjà l’auteur aux éditions du Manuscrit de Libérez-vous ! De l’économie contre le travail (2011), de L’hôpital disloqué (2011) et Travail : Des traumatismes à l’espérance (2014).

critique de la revue Préventique par son rédacteur en chef Hubert Seillan ICI


couvTravail : des traumatismes à l’espérance : Denis Garnier

Ce qui manque à l’ouvrier, c’est la science de son malheur», expliquait Fernand Pelloutier à la fin du XIXe siècle. Alors que s’ouvre le XXIe, la condition ouvrière demeure marquée par une souffrance si profonde qu’elle s’inscrit dans l’inconscient des travailleurs : l’organisation actuelle du travail ainsi que son intensification sous la pression d’un système économique spéculatif sont à la source de maux difficilement supportables pour les salariés.

Face aux nombreux dangers d’un individualisme devenu forcené, les travailleurs doivent prendre la voie de l’engagement. Si le combat est difficile, le choix du silence ou de la passivité mène irrévocablement à l’abandon par le salarié de ses propres intérêts : l’homme qui demeure immobile dans une société en mouvement accéléré est un homme condamné.

Le progrès social ne peut se concevoir sans l’action humaine. Chômeur, retraité ou actif, l’homme ne doit pas s’isoler. Il a pour mission de faire société.

De la servitude volontaire de La Boétie à la réaction salutaire du syndicalisme, Denis Garnier présente sa vision sans concession du monde du travail.

 pour l’instant vous pouvez le commander ICI ou dans votre librairie avec le n°ISBN-10: 2304043763


Le travail peut-il devenir supportable ? : Yves Clot – Michel Gollac

clot-gollac-le travailLe travail demeure une source de plaisir pour certains. Mais, pour trop d’entre nous, il est devenu difficile à supporter. Pour la plupart des travailleurs, il est en tout cas un souci dont aucune condition sociale, aucune position hiérarchique, aucun statut ne mettent complètement à l’abri. Et cela, particulièrement en France.
Faut-il alors transformer les travailleurs ? Peut-on concevoir des organisations salubres ? Peut-on aller vers une performance compatible avec la qualité du travail ? Vers des produits et des façons de produire moins toxiques pour la santé publique ? La santé au travail peut-elle être octroyée ou les travailleurs doivent-ils avoir les moyens de la construire ?
Yves Clot, psychologue du travail, et Michel Gollac, sociologue, confrontent leurs conceptions et celles de leurs disciplines. Leur débat débouche sur une conviction : non seulement le travail peut devenir supportable mais il peut être l’une des sources d’une vitalité retrouvée, d’autres façons d’être soi-même et de vivre ensemble. Une nouvelle liberté est possible si l’entreprise s’ouvre à la démocratie.

Yves Clot est titulaire de la chaire de psychologie du travail du CNAM. Il appartient au CRTD, laboratoire de référence sur les questions de santé au travail.
Michel Gollac a dirigé le laboratoire de sociologie quantitative du CREST. Il a présidé le collège d’expertise sur le suivi des risques psychosociaux au travail et codirigé le Groupe d’études sur le travail et la souffrance au travail.

France culture en parle


Colère blanche à l’hôpital,

Entre utopie et réalité, chroniques d’un médecin engagé

Hakim Bécheur  Récit (broché). Paru en 03/2012

L’hôpital public est en danger : manque de moyens humains et matériels, exacerbation des conflits de pouvoir, passe- droits, discriminations, lourdeur bureaucratique, diminution des budgets et marchandisation de la santé. Avec la nouvelle gouvernance, la tarification à l’activité, les franchises médicales ou autre loi « Hôpital, Patients, Santé et Territoires », l’hôpital est devenu une entreprise, le personnel soignant « des producteurs de soins », les malades « des clients » et la rentabilité le seul objectif.

La France n’est-elle pas en train de rompre subrepticement avec son modèle social ? La santé n’est-elle pas un droit inaliénable ? N’est-ce pas l’hôpital public qui continue de prendre en charge les populations précaires, vieillissantes, gère les maladies chroniques, les épidémies ou les catastrophes sanitaires et, dans le même temps, forme les jeunes générations tout en constituant un pôle d’excellence pour la recherche ?

Illustrant son propos par des chroniques du quotidien, Hakim Bécheur nous livre une réflexion sans concession sur les dérives du système de santé français. Utopiste et réaliste, il dénonce, appelle au combat et propose des pistes pour maintenir une régulation publique aux antipodes de « la main invisible du marché ».

BIO : Chef du service d’hépato-gastro-entérologie pendant dix ans dans un hôpital en Normandie, Hakim Bécheur travaille depuis 2009 dans un grand CHU parisien.


« L’hôpital disloqué »

Denis Garnier

Une constatation s’impose : l’hôpital est en crise. Il est encore et toujours au cœur du débat sur l’avenir des soins et du mal-être au travail. Un taux d’absentéisme important du personnel et la hausse des accidents du travail témoignent de la pénibilité du métier : objectifs inatteignables, sous-effectifs, CDD abusifs…L’auteur propose ici une analyse précise de la question en apportant des témoignages alarmants sur le constat, les craintes et les attentes du personnel hospitalier (agents de médiation sûreté, manipulatrices en radiologie, infirmières, cadres, directeurs…). Ses connaissances précises sur l’économie et la mondialisation sont de sérieux outils pour appréhender le débat sur ce problème politique et sociétal.

Extrait du livre: « Dis-moi Denis, le 28 avril nous sommes invités au Sénat pour exposer le mal-être au travail des personnels hospitaliers. J’aimerais bien que tu t’y colles ! »
Quand le secrétaire général de la fédération  vous demande ainsi un service, on acquiesce. Il existe même une pointe de fierté à répondre à la demande. C’est vrai ! Moi, un ouvrier, 57 ans, appelé au Sénat pour expliquer qu’à l’hôpital ça va mal ! Nous sommes le jeudi 15 avril au soir. Je n’ai plus que douze jours pour préparer l’audition. Les informations se bousculent dans ma tête. Le mal-être des personnels hospitaliers ! Cela fait trente-cinq ans que je milite au syndicat. Le droit au respect, le respect des droits ; c’est une formule. C’est mon chemin ! Pourtant, c’est la première fois que je dois expliquer les raisons du mal-être quotidien des personnels hospitaliers. Je suis toujours intervenu comme un pompier sur un incendie. On ne lui demande pas de comprendre l’origine du feu. On lui demande de l’éteindre. Aujourd’hui l’hôpital brûle et on me sollicite pour en expliquer les causes. »
  • Broché: 228 pages
  • Editeur :Editions Le Manuscrit / Manuscrit.com (23 septembre 2011)
  • Langue :Français
  • ISBN-10:2304038301
  • ISBN-13: 978-2304038309

Vous pouvez le trouver :

Librairie Mollat à BORDEAUX: http://www.mollat.com/livres/denis-garnier-hopital-disloque-9782304038309.html


LIBEREZ-VOUS ! De l’économie contre le Travail!

Denis Garnier

 Un livre militant qui présente une lecture trés accessible de l’économie pour comprendre la crise actuelle, la dette, ce monde de prédateurs et de proies. Ensuite l’auteur présente les conséquences de cette politique économique sur le monde du travail. La baisse des salaires, la précarité, les risques psychosociaux.  Enfin pour l’auteur, les grandes espérances du monde du travail ne pourront passer que l’émancipation des connaissances. Sans elles, la liberté n’est pas possible et le syndicalisme peut aider cette ambition.

Un livre de base pour tous ceux qui veulent comprendre les maux actuels du monde du travail.

Feuilletez des extraits sur amazon.fr

  • Broché : 144 pages
  • Editeur :Editions Le Manuscrit / Manuscrit.com (23 septembre 2011)
  • ISBN 978-2-304-03842-2
  • EAN 9782304038422

Vous pouvez le commander dans n’importe quelle librairie ou librairie Sciences-Po


NOUVEAU:

la réédition du livre  « l’ergonomie hospitalière »

de Madeleine Estryn-Behar (éditions Octares)

La plaquette de présentationet bon de commande:  ici

C’est un véritable dictionnaire sur l’ergonomie à l’hôpital. Madeleine Estryn-Béhar, Docteur en ergonomie, Médecin du travail à l’Assistance Publique -Hôpitaux de Paris, a consacré toute sa vie à l’étude des postes de travail et à bien d’autres aspects de la prévention des risques professionnels, pour améliorer les conditions de travail des personnels hospitaliers. Elle accompagne aujourd’hui le Centre Hospitalier de Carcassonne pour la réalisation du projet de leur nouvel hôpital.

Un livre indispensable pour tous les ergonomes hospitaliers ainsi que pour tous les membres des CHSCT qui veulent proposer des solutions sur l’organisation d’un service, d’un poste de travail, sur l’architecture d’une unité de soins, etc.

 Rappel d’un autre livre très intéressant: Enquête PRESST-NEXT:

« Santé et satisfaction des soignants au travail en France et en Europe« 


Nous avons lu, nous recommandons:

  • Vincent de Gaulejac. – Le travail, les raisons de la colère- Editions du Seuil 2011- 330 p.
L’auteur réhabilite la colère et c’est bien. Les signes d’une crise profonde dans le monde du travail se multiplient dans les organisations: stress, burn-out, dépressions, suicides, etc..Ce livre explore les sources de cette situation inquiétante. En sociologue clinicien, l’auteur propose un diagnostic approfondi à partir duquel il définit les conditions qui permettraient de « travailler mieux pour vivre mieux
  • CLOT (Yves).- Le travail à cœur – Pour en finir avec les risques psychosociaux.- La Découverte, 2010, 190p.
L’auteur montre comment la négation des conflits autour de la qualité du travail au sein de l’entreprise menace le collectif et empoisonne la vie des organisations. Pour lui, le plaisir du  » travail bien fait  » est la meilleure prévention contre le  » stress  » : il n’y a pas de  » bien-être  » sans  » bien faire.
  • DEJOURS (Christophe).- L’évaluation du travail à l’épreuve du réel – Critiques des fondements de l’évaluation. Inra éditions – mars 2003 – 78 p
Une référence pour tous ceux qui veulent pratiquer l’évaluation.
  • PEZE (Marie).- Ils ne mouraient pas tous mais tous étaient frappés. Journal de la consultation Souffrance et Travail 1997-2008.- : Pearson/Longman, 2008, 214p.
Au-delà du cri d’alarme, l’auteur décrypte les situations et montre que le harcèlement moral et le stress sont loin de constituer des explications suffisantes. Avec ce livre, elle offre ses outils de diagnostic pour que chacun, victime potentielle ou proche de celle-ci (collaborateur, manager, responsable des Ressources humaines, psychologue, médecin du travail) puisse identifier le danger et intervenir.
  • Marie PEZE, Rachel SAADA et Nicolas Sandret – Travailler à arlmes égales- éditions Pearson 2011- 220 p
Marie Pezé poursuit ici sa réflexion sous un angle qui se veut positif: comment réagir?
  • CLOT (Yves).- Le travail sans l’homme ? – Pour une psychologie des milieux de travail et de vie.- La Découverte, 2008, 299p.
Entre tâche prescrite et activité réelle, l’individu au travail produit le sens de son action en même temps qu’il recherche une  » efficacité malgré tout « . Cet ouvrage se nourrit d’enquêtes de terrain à travers les milieux les plus divers (de l’agroalimentaire à l’automobile en passant par les hôpitaux)

Débat autour du livre d’Yves Clot « Le travail à…par cgtdescadres

  • VOLKOFF (Serge) coordonnateur – L’ergonomie et les chiffres de la santé au travail : ressources, tensions et pièges – Editions OCTARES, 2005
Les auteurs partagent l’expérience d’utiliser et souvent de produire soi-même, dans le contexte de démarches ergonomiques, des analyses quantitatives en santé au travail. A celles et ceux qui se soucient d’agir sur le travail pour protéger et construire la santé, cet ouvrage a l’ambition d’apporter deux messages, d’audace et de discernement.
  • DEJOURS (Christophe), BEGUE (Florence).- Suicide au travail : que faire ?- PUF, 2009, 129p.
Pourquoi le travail conduit-il certains d’entre nous à se suicider ? Que signifient ces actes, quel message adressent-ils à ceux qui restent ? Que s’est-il passé dans le monde du travail pour que des suicides soient perpétrés jusque sur les lieux du travail ? Ce livre rassemble les principales données cliniques et théoriques sur le suicide au travail. Prenant appui sur une intervention menée après plusieurs suicides sur un même site, les auteurs proposent une série de principes sur lesquels il est possible de fonder une action rationnelle.
  • DEJOURS (Christophe).- Souffrance en France – La banalisation de l’injustice sociale.- Points, 2009, 237p.
Comment faisons-nous pour tolérer le sort des chômeurs et des  » nouveaux pauvres « ? Et comment parvenons-nous à accepter sans protester des contraintes de travail toujours plus dures, dont nous savons pourtant qu’elles mettent en danger notre intégrité mentale et physique ? L’auteur découvre à l’origine de ce consentement silencieux la peur et la honte. Il révèle comment, pour pouvoir endurer la souffrance sans perdre la raison, on se protège.
  • ASKENASY (Philippe), CARTRON (Damien), DE CONINCK (Frédéric) et GOLLAC (Michel) –Organisation et intensité au travail.- OCTARES Editions, 2006, 552p.
Beaucoup de salariés trouvent leur travail « plus dur », « plus prenant » même s’il est aussi parfois « plus intéressant ».Mais l’organisation de l’économie et celle de l’entreprise changent et la nature de l’intensité changent en même temps. Ecrits par des économistes, des ergonomes, des gestionnaires, des juristes, des psychologues et des sociologues, de différents pays, plusieurs dizaines de contributions font le point des connaissances et témoignent de la vitalité des recherches dans le domaine et de la vivacité des débats.
  • STEILER (Dominique), SADOWSKY (John) et ROCHE (Loïc).- Eloge du bien-être au travail – Presses universitaires de Grenoble – 2010-  100 p
Comment peut-on en arriver à se suicider à cause du travail ? Comment réussir à passer de l’entreprise, lieu de souffrance et de profits à court terme, à l’entreprise lieu de bien être et de performance durable ?
  • SENNETT (Richard).- Le travail sans qualité – Les conséquences humaines de la flexibilité- Editions Albin Michel SA 2000- 220 p.
Déjà traduit en plus d’une dizaine de langues, l’auteur explore les effets déroutants du nouveau capitalisme mettant en évidence l’opposition entre deux mondes du travail. Les organisations rigides contre la flexibilité. Un livre irremplaçable sur les effets délétères du « travail jetable »
  • MOREIRA (Paul) et PROLONGEAU (Hubert). – Travailler à en mourir – Editions Flammarion 2009, 235 p.
Cette enquête plonge au cœur de l’entreprise, chez Renault, dans la métallurgie, dans la banque, ces deux journalistes sont allés rencontrés des hommes qui n’en peuvent plus.
  • ESTRYN-BEHAR (Madeleine).- Santé et satisfaction des soignants au travail en France et en Europe.- Presses de l’ EHESP, 2008, 384p.
Comment fidéliser les soignants, leur éviter l’épuisement au travail et les arrêts maladie à répétition ? En s’attaquant d’abord aux causes de leur mal-être, répertoriées exhaustivement dans les résultats de l’étude PRESST-NEXT (Promouvoir en Europe santé et satisfaction des soignants au travail – Nurses Early Exit Study) présentés dans cet ouvrage, avec les remèdes correspondants.
  • ESTRYN-BEHAR (Madeleine).- Stress et souffrance des soignants à l’hôpital – Editiions Estem 1997 (libre accès sur google-livres) 240 pLINHART (Danièle).- Travailler sans les autres ?- le Seuil, 2009, 212p.
  • LINHART (Danièle).- Travailler sans les autres ?- le Seuil, 2009, 212p.
Sociologue du travail, l’auteure propose une analyse du devenir tourmenté du travail dans notre société. Changer le monde du travail, accorder à chacun davantage d’autonomie, de reconnaissance matérielle et symbolique, voilà qui semble faire l’unanimité. Pourtant, comme le montrent les enquêtes sociologiques, la modernisation du travail ne va pas dans ce sens : sentiment d’abandon, d’isolement, de précarité, peur de ne pas y arriver, méfiance à l’égard des autres, tout concourt en réalité à dénaturer le travail.
  • AUTRES OUVRAGES
Management de la santé et des risques
ABORD DE CHATILLON (Emmanuel), BACHELARD (Olivier), BAREL (Yvan), (Collectif).- Management de la santé et de la sécurité au travail – Un champ de recherche à défricher.- L’Harmattan, 2006, 467p.
intérêt porté aux questions de santé et de sécurité au travail amène à examiner de plus près non seulement les origines de ces pathologies, mais également l’ensemble des dispositifs de management, de prévention et de traitement qui vient s’y greffer.
ALIS (David), DUMAS (Marc), POILPOT-ROCABOY (Gwenaëlle).- Risques et souffrance au travail, nouvelles contraintes, nouveaux remèdes. –Editions DUNOD, 2010, 272 p. (Collection Fonctions de l’Entreprise)
La dégradation des conditions de travail est aujourd’hui préoccupante en France. Cet ouvrage établit, dans un premier temps, un diagnostic des risques de dégradation des conditions de travail, des outils de mesure de ces risques et leur évaluation. Dans un deuxième temps, l’ouvrage aborde les remèdes possibles sous l’angle organisationnel et managérial, et en particulier en matière d’organisation du temps de travail. Etudes de cas et témoignages de DRH illustrent les pratiques développées.
MUNOZ (Jorge), DOUQUET (Florence) (coll.).- Santé au travail et travail de santé.- Presses de l’ EHESP, 2008, 171p.
Fruit de la collaboration entre une quinzaine de chercheurs en sociologie, économie, histoire, psychologie, droit et gestion, cet ouvrage réunit un ensemble de contributions sur les modalités, les effets et les difficultés des politiques de prévention et de sécurité au travail. Comprendre les liens entre le travail et la santé implique l’analyse transversale des organisations, des politiques publiques, de l’activité concrète et des expériences privées et collectives.
Risques psychosociaux – souffrance au travail
BACHELARD (Olivier), BILLON-GRAND (Jacky), DEBOUT (Michel) et al.-Risques psychosociaux au travail – Vraies questions, Bonnes réponses.- Groupe Liaisons, 2008, 326p.
Mal-être, stress, violences, harcèlements, conduites addictives, et même suicides. Après avoir mis en parallèle les principales disciplines – social, médecine, droit, économie, gestion, management – qui gravitent autour de cette notion, les auteurs décrivent comment se vivent sur le terrain ces différentes situations et expliquent les processus d’intervention à mettre en place pour les traiter.
COMBALBERT (Nicolas), RIQUELME-SENEGOU (Catherine).- Le mal-être au travail.- Presses de la Renaissance, 2006, 380p.
Des consultants et des experts multidisciplinaires rendent compte dans cet ouvrage de la diversité des risques : stress, harcèlement, conflits, épuisement, violences, traumatismes…  Ils identifient les modes d’expression de la souffrance individuelle et collective dans le monde du travail. Toutes les mesures de prévention mises en place dans les institutions pour contrôler ces risques sont abordées.
COMBALBERT (Nicolas).- La souffrance au travail, comment agir sur les risques psychosociaux ? Editions Armand COLIN, 2010, 191p.
Cet ouvrage propose des pistes visant à améliorer la qualité de vie au travail des salariés, à recréer des systèmes de solidarité, à renforcer la sécurité de l’environnement et à préserver le bon fonctionnement de l’organisation.
DURIEZ (Anne).- Alerte à la souffrance. Le mal-être au travail.- Balland, 2007, 282p.
Au terme d’une longue enquête illustrée par de nombreux témoignages, l’auteur dresse pourtant un portrait saisissant des conditions de travail dans la fonction publique. Stress, manque de respect ou de reconnaissance du travail accompli, harcèlement moral… les causes de ce mal-être sont multiples. Malgré tout, peu d’agents osent se révolter, de peur de compromettre leur carrière. Certains finissent par tomber malades. D’autres préfèrent partir avant qu’il ne soit trop tard.
DURIEZ (Anne).- Harcèlement moral et autres risques psychosociaux dans la FPT. Environnement juridique, enjeux et anticipation.- Territorial Editions, 2008, 200p.
Suite à une analyse approfondie des textes et de la jurisprudence relatifs, notamment, au harcèlement moral, l’auteur définit l’environnement juridique de cette pratique avant d’aborder le cadre général des risques psychosociaux dans tous les domaines de droit concernés. L’auteur donne des repères pour élaborer des dispositifs de prévention en vue de permettre à la collectivité territoriale de répondre à l’obligation légale qui lui est assignée.
HAUBOLD (Bénédicte).- Les risques psychosociaux – Identifier, analyser, prévenir les risques humains.- 2è éd. Eyrolles, 2010, 214p.
Une vingtaine d’experts et de DRH canadiens et européens font part leur expérience et proposent une approche des risques psychosociaux : que recouvrent au juste les risques psychosociaux ? Quels sont les enjeux exacts pesant sur les entreprises ? Quelles sont les raisons du retard en matière de prévention des risques humains ? Quelles sont les pratiques des entreprises dans ce domaine ?
JOURDAN (Dominique), ANTONMATTEI (P.H.), DERUE (André), MORAND (Michel), Collectif. -Les risques psychosociaux – Identifier, prévenir, traiter.- Lamy, 2010, 204p.
C’est par une approche pluridisciplinaire que cet ouvrage aborde la stratégie de lutte contre les risques psychosociaux : le maître mot est la prévention qui ne peut utilement se développer qu’après une identification précise des risques. Mais quelle que soit la qualité des actions préventives, le risque zéro n’existe pas : il faut alors réparer et aussi sanctionner.
LORIOL (Marc), BUSCATTO (Marie), WELLER (J.M.).- Au-delà du stress au travail. Une sociologie des agents publics au contact des usagers.-ERES, 2008, 282p.
Les auteurs proposent une autre façon de parler du stress au travail qui évite les habituelles lectures psychologiques standardisées pour entrer de façon concrète dans les particularités de chacune des activités professionnelles étudiées, celles des agents de services publics au contact avec les usagers.
SAHLER (Benjamin). Prévenir le stress et les risques psychosociaux au travail. ANACT, 2007, 268p.
Le constat fait l’unanimité : stress au travail, violences, harcèlements, conduites addictives. Les risques psychosociaux sont une grave menace pour la santé des salariés et, par voie de conséquence, pour la performance des entreprises. Leur croissance manifeste rend doublement urgente la nécessité de mettre en œuvre des dispositifs de prévention, rares et partiels à ce jour.
TALAOUIT (Vincent), NICOLAS (Bernard). – Ils ont failli me tuer.- Flammarion, 2010, 289p.
Que s’est-il passé au sein de France Télécom Orange, fleuron de la technologie française, pour que des dizaines de ses salariés choisissent de mourir ? L’auteur, salarié pendant treize ans de l’entreprise, peut répondre à cette question. Il présente la stratégie purement financière, usant de méthodes de management d’une dureté rare, que les responsables de France Télécom ont planifié pour la suppression de 22 000 emplois en trois ans.
THEBAUD-MONY (Annie).- Travailler peut nuire gravement à votre santé.- Sous-traitance des risques, Mise en danger d’autrui, Atteintes à la dignité, Violences physiques et morales, Cancers professionnels.- La Découverte, 2008, 290p.
Les savoirs scientifiques et médicaux permettent aujourd’hui d’identifier de très nombreux facteurs d’altération de la santé par le travail. Pourtant, on constate la généralisation de la mise en danger délibérée d’autrui dans les choix d’organisation du travail. A partir de nombreux témoignages recueillis dans divers secteurs de l’industrie et des services, et de l’exemple phare de l’amiante, ce livre met en lumière un angle mort de la santé publique : les atteintes à la vie, à la santé et à la dignité des travailleurs.
Travail, sens du travail, organisation du travail
BAUDELOT (Christian), GOLLACE (Michel).- Travailler pour être heureux ? Le bonheur et le travail en France.- Fayard, 2003, 350p.
Quelle place occupe le travail dans la vie des Français et des Françaises ? Quels sont les aspects du travail susceptibles de favoriser un rapport heureux ou malheureux à l’activité professionnelle ? Cet ouvrage, résultat d’une enquête menée sur plusieurs années, montre que si les conditions objectives de travail participent du rapport au travail, d’autres facteurs comme la trajectoire sociale sont décisifs. On apprend également que le bonheur et surtout le malheur au travail se rencontrent dans toutes les catégories socioprofessionnelles.
MARTINEZ (Esteban).- Les salariés à l’épreuve de la flexibilité. Sociologie et anthropologie. Editions de l’Université de Bruxelles, 2010, 247 p
Les salariés sont amenés à travailler de plus en plus sans limite de temps. C’est à travers l’expérience de salariés (ouvrières du nettoyage, infirmières hospitalières, cadres de la banque) que sont mis en évidence des modes différenciés de consentement à la disponibilité temporelle, dans lesquels la préservation de l’emploi, l’attachement aux valeurs professionnelles et les perspectives de carrière jouent un rôle décisif.
Des modes contrastés d’organisation du travail et d’usage du temps vont ainsi apparaître comme une clés de compréhension de la segmentation sociale et sexuelle du travail.
MEDA (Dominique).- Le travail.- PUF, 2007, 127p.
Le développement du chômage l’a montré : travailler est une norme. Dans nos sociétés occidentales, le travail est le principal moyen de subsistance mais aussi une part essentielle des occupations de chacun. L’ordre social s’organise autour de lui. Assiste-t-on, aujourd’hui, avec la réduction du temps de travail, à une remise en cause de sa valeur ? Va-t-on vers de nouvelles formes de travail ? En croisant les regards historiques et philosophiques avec les résultats des enquêtes sociologiques et économiques les plus récentes, cet ouvrage interroge notre rapport au travail.
NIEZBORALA (Michel), LAMY (Anne).- Travailler sans dérouiller. Le bien-être au travail est-il encore possible ?.- Milan Editions, 2007, 136p.
Le travail occupe un tiers de notre vie. Mais, mauvaise ambiance entre collègues, urgences, manque de reconnaissance : les sources de stress sont nombreuses. Cet ouvrage invite à prendre conscience que ce mal-être n’est pas une finalité et que chaque individu peut avoir un déclic qui lui permettra d’évaluer son rapport au travail.
OSTY (Florence). -Le désir de métier. Engagement, identité et reconnaissance au travail.- Presses universitaires, 2003,  250p.
Accompagnée le plus souvent d’une plainte liée au manque de reconnaissance, l’identification au métier n’est pas réductible à une régression corporatiste, ou à l’avènement de nouvelles professions. Elle révèle une dynamique sociale originale de la modernisation des entreprises contemporaines et correspond à un désir de réalisation de soi par le travail ainsi que la construction d’un lien social coopératif.
THEVENET (Maurice).- Le plaisir de travailler : favoriser l’implication des personnes.- Editions d’organisation, 2000, 269p.
Le travail demeure un lieu d’engagement et d’implication fort malgré de discours contraires. Cet ouvrage  présente le processus de l’implication au travail. Il ne propose pas de solution miracle et  aide le lecteur à comprendre pourquoi les personnes s’investissent dans leur travail et comment les entreprises peuvent faciliter ce processus.
Le mal-être à l’hôpital
CANOUI (Pierre), MAURANGES (Aline),  FLORENTIN (Anne) (Coll.).- Le burn out. Le syndrome d’épuisement professionnel des soignants.- Masson, 2008, 240p.
Cet ouvrage définit le concept d’épuisement professionnel des soignants et indique ses limites, permettant de le situer tant sur le plan clinique que psychopathologique. Les auteurs font le point sur les facteurs de stress spécifiques, sur les stratégies d’adaptation et indiquent les instruments d’évaluation d’un burn out. Ils accordent ensuite une large part aux réponses institutionnelles et individuelles pour remédier au SEPS, débouchant sur les possibilités de prévention et les aspects éthiques.
MANOUKIAN (Alexandre).- La souffrance au travail – Les soignants face au burn-out.- Lamarre, 2009, 209p.
Cet ouvrage aborde le thème de la souffrance au travail dans le cadre singulier du milieu des soignants. La souffrance au travail est envisagée sous tous ses aspects : définitions des notions couvertes par le concept ; conséquences de l’épuisement tant pour le soignant que pour les patients ou pour l’institution ; facteurs intervenants dans le burn-out ; ressources individuelles et institutionnelles pour en prévenir l’avènement.
Nicolas BELORGEY – L’Hôpital sous pression – Editions la découverte 2010 – 330 p
Nicolas Belorgey est postdoctorant au Centre Maurice-Halbwachs (CNRS-EHESS-ENS). Il y a soutenu une thèse de sociologie, dont est tiré ce livre.